John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Proposition de référentiels régionaux en éléments traces métalliques dans les sols : leur utilisation dans les évaluations des risques sanitaires Volume 7, numéro 2, Mars-Avril 2008

Auteurs
Cellule interrégionale d’épidémiologie (Cire) Ile-de-France, Direction régionale des Affaires sanitaires et sociales (Drass) Ile-de-France, 58-62, rue de Mouzaïa, 75935 Paris cedex 19, Institut national de la recherche agronomique (Inra), UR0272 Science du sol, Centre d’Orléans, BP 20619, 45166 Olivet cedex, Cellule interrégionale d’épidémiologie (Cire) Centre-Ouest, Drass Centre, 25, boulevard Jean Jaurès, 45044 Orléans cedex 1, Institut national de veille sanitaire (InVS), Département santé-environnement, 12, rue du Val-d’Osne, 94415 Saint-Maurice cedex
  • Mots-clés : évaluation risque sanitaire, hygiène environnement, oligoéléments, sol, valeurs limites seuil
  • DOI : 10.1684/ers.2008.0142
  • Page(s) : 112-22
  • Année de parution : 2008

Les services santé-environnement des Directions départementales des Affaires sanitaires et sociales (Ddass) sont sollicités pour des avis concernant la reconversion d’anciens sites industriels en projets d’aménagements urbains. La gestion de ces projets passe, notamment, par un diagnostic des sols des sites concernés et par la comparaison des concentrations mesurées dans ces sols au milieu naturel environnant. En France, il n’existe pas, à l’heure actuelle, de valeur réglementaire définissant la qualité des sols. La composition d’un sol étant, pour une grande part, fonction de la composition de la roche mère sous-jacente, un référentiel régional permettrait une définition plus adaptée localement de ce qu’est une teneur « normale » ou non pour un élément donné et donc d’objectiver les critères de choix des polluants retenus dans l’évaluation des risques sanitaires. Cet article propose, pour les régions Ile-de-France et Centre, des valeurs seuils pour huit éléments traces métalliques (cadmium, chrome, cuivre, mercure, nickel, plomb, sélénium et zinc), au-delà desquelles il est recommandé de sélectionner un polluant. Pour chaque élément, les seuils retenus sont les percentiles 95 de la distribution des valeurs disponibles dans les différentes bases de données dont dispose l’Institut national de la recherche agronomique (Inra). Les analyses de sols incluses dans cette étude proviennent exclusivement de sols agricoles (horizons de surface). Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la nouvelle politique de gestion des sites et sols pollués du ministère chargé de l’Environnement, en ce sens qu’elle propose aux évaluateurs et gestionnaires des risques des régions concernées, un état de référence pour les sols se rapprochant de « l’état des milieux naturels voisins de la zone d’investigation ».