John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Évaluation épidémiologique d’indicateurs d’incidence des gastroentérites fondés sur les données de l’Assurance Maladie Volume 5, numéro 5, Septembre-Octobre 2006

Auteurs
Institut de veille sanitaire (InVS), 14, rue du Val d’Osne, 94415 Saint-Maurice cedex, Laboratoire de pharmacie galénique, ADEN EA3234, 22, bd Gambetta, 76183 Rouen
  • Mots-clés : France, gastroentérite, interprétation statistique données, mesures épidémiologiques, ordonnance médicale médicament
  • Page(s) : 373-82
  • Année de parution : 2006

Depuis 1998, l’Assurance Maladie rembourse les prestations médicales au moyen d’un système informatisé. L’analyse des données de facturation des prescriptions médicamenteuses enregistrées dans ce système permet de repérer les cas incidents de gastroentérites aiguës médicalisées. La présente étude vise à évaluer le potentiel épidémiologique de ces données. Les données fournies par l’Assurance Maladie correspondent : i) à la surveillance épidémiologique du risque hydrique dans 14 sites de métropole (années 2002-2003) ; et ii) à l’investigation d’une épidémie d’origine hydrique survenue en Isère en 2002. Les variations géographiques et temporelles des taux d’incidence ont été étudiées, ainsi que leurs déterminants. Les taux d’incidence ont été comparés à ceux proposés par le Réseau Sentinelle des médecins généralistes et à ceux issus de l’étude de cohorte rétrospective menée après l’épidémie de l’Isère. Deux définitions de cas fondées sur les données de l’Assurance Maladie ont été retenues. L’indicateur le plus spécifique produit un taux d’incidence moyen de 79 cas par an pour 1 000 individus, conforme aux observations du Réseau Sentinelle. Il s’accorde aussi avec les mouvements saisonniers de l’incidence et avec l’impact de l’épidémie observés sur la base des données de référence. La seconde définition de cas qui inclut les cas plus bénins et les syndromes moins spécifiques conduit à un taux d’incidence interannuel deux fois plus élevé qu’avec la définition spécifique. Les données de l’Assurance Maladie qui couvrent la quasi-totalité de la population française permettent d’étudier le rôle de l’eau distribuée comme facteur de risque des gastroentérites et sont notamment adaptées aux études écologiques temporelles et à la description d’épidémies.