John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Évaluation des risques de dissémination bactérienne liés au couplage d’une source concentrée de légionelles, d’un système générateur d’aérosols et d’un système dispersif Volume 14, numéro 2, Mars-Avril 2015

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8

Tableaux

Auteurs
1 Sorbonne Paris-Cité
Université Paris Diderot
Paris 7
UFR Step F
75013 Paris
France
2 Sorbonne Paris-Cité
IPGP géochimie et cosmochimie
Institut de physique du globe de Paris
1, rue Jussieu
75238 Paris cedex 05
France
3 ENVIRON France SAS
Immeuble Le Cézanne
155, rue Louis de Broglie
13100 Aix-en-Provence
France
4 Pascal Roux Conseil®
Consultant en Santé-Environnement
150, boulevard de Lattre de Tassigny
92150 Suresnes
5 Sorbonne Universités
UPMC Univ Paris 06
Centre d’immunologie et des maladies infectieuses (CIMI)
Équipe E13 (Bactériologie)
F-75013 Paris
France
6 INSERM
U1135
Centre d’immunologie et des maladies infectieuses (CIMI)
Équipe E13 (Bactériologie)
F-75013 Paris
France
7 Bactériologie-hygiène
Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière – Charles Foix
Assistance Publique – Hôpitaux de Paris
75651 Paris cedex 13
France
* Tirés à part

La recherche de la cause d’une épidémie de légionellose est un exercice complexe et souvent infructueux. Nous avons étudié le potentiel de dissémination de légionelles qui pourrait résulter de la combinaison de 3 facteurs : (1) une station d’épuration (STEP) fortement contaminée, dotée (2) d’un système d’aération producteur d’aérosols, à laquelle serait associée (3) une tour aéroréfrigérante dite « sèche ».

La raison pour laquelle nous nous sommes intéressés à cette combinaison de facteurs tient essentiellement à sa présence encore fréquente dans les installations industrielles.

Nous avons basé notre travail sur les données de la littérature concernant les niveaux de contamination des STEP, le pouvoir émissif des systèmes d’aération de ces STEP et les caractéristiques des tours sèches. La dispersion des aérosols a été modélisée à l’aide du logiciel ADMS5, sous plusieurs hypothèses météorologiques. Nous montrons qu’un dispositif constitué d’une STEP contenant des concentrations élevées, mais réalistes, de légionelles (108 UFC/L), aérée par un système producteur d’aérosols et associée à une tour sèche de débit d’air moyen située à proximité, serait capable de disséminer des légionelles à une distance de plusieurs kilomètres (ex. ∼10-1 UFC/m3 d’air à 10 km). Nous avons appliqué ce modèle à une situation réelle, l’épidémie de légionellose communautaire d’Harnes (Pas de Calais, 2003), dans laquelle une STEP industrielle, contenant des concentrations très élevées de légionelles de la souche épidémique (∼108 UFC/L dans l’eau et 1011 UFC/L dans les boues d’ensemencement) et aérée par des systèmes producteurs d’aérosols, était située au centre de la zone épidémique. Nous faisons l’hypothèse de la présence d’une tour sèche à proximité de cette STEP et exposée aux aérosols produits par cette dernière, même en quantités très faibles. Dans les conditions météorologiques qui prévalaient à l’époque de l’épidémie, les résultats obtenus avec le modèle utilisé montrent un potentiel de dissémination capable de générer une épidémie.