John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Estimation de la pollution particulaire naturelle de l’air en 2003 à Niamey (Niger) à partir de données de visibilité horizontale Volume 4, numéro 1, Janvier-Février 2005

Auteur
Département des sciences et gestion de l’environnement, Université de Liège, Avenue de Longwy 185, B-6700 Arlon Belgique
  • Mots-clés : dimension particule, minéraux, Niger, polluants atmosphériques environnement, poussière, santé publique, surveillance environnement.
  • Page(s) : 43-9
  • Année de parution : 2005

Il est actuellement incontestable que l’augmentation de la concentration atmosphérique en particules en suspension totales (PST) et en particules respirables, à savoir celles dont la taille est inférieure à 10 μm (PM 10), a un grand nombre de conséquences néfastes sur la santé humaine. La détérioration de la qualité de l’air causée ponctuellement par la forte concentration en poussières minérales d’origine africaine affecte différents pays occidentaux pourtant très distants du Sahara. Cependant, aucune étude sur les niveaux de concentration en particules solides dans l’air des régions limitrophes du Sahara n’a été réalisée. Sur la base de mesures de la visibilité horizontale réduite par les lithométéores, les niveaux de concentration en particules solides sont estimés à la station synoptique de Niamey-Aéroport (Niger), en utilisant différentes relations disponibles dans la littérature. Il apparaît que les concentrations en poussières minérales sont très importantes tant du point de vue de leur magnitude que de leur fréquence. En effet, une concentration annuelle moyenne de 103 μg.m -3 et de 67 μg.m -3 est estimée respectivement pour les PST et les PM 10. Ces fortes concentrations en poussières dans l’air posent un réel problème de santé publique qui devrait retenir l’attention des décideurs politiques nationaux et internationaux.