John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Comment évaluer les risques de dépassements de seuil : les modèles géostatistiques et leurs applications en pollution atmosphérique Volume 6, numéro 3, Mai-Juin 2007

Auteurs
École des mines de Paris, Centre de géosciences/géostatistique, 35, rue Saint-Honoré, 77305 Fontainebleau, Geovariances, 49 bis, avenue Franklin Roosevelt, 77212 Avon, Air Normand, 21, avenue de la porte des champs, 76000 Rouen
  • Mots-clés : dynamique non linéaire, évaluation risque, géostatistique, modèle statistique, pollution de l’air, valeurs limite seuil
  • DOI : 10.1684/ers.2007.0088
  • Page(s) : 207-18
  • Année de parution : 2007

Les applications de la géostatistique à l’étude des risques environnementaux se développent depuis plusieurs années dans différents domaines, notamment en matière de décontamination de sols pollués et d’évaluation des risques liés à la pollution atmosphérique. En effet, la géostatistique propose une modélisation probabiliste rigoureuse, permettant de répondre aux questions posées en termes d’incertitudes ou de risques. Cet article fait le point sur les méthodes géostatistiques non linéaires, fondées sur le modèle de fonction aléatoire gaussienne, dont certaines propriétés utilisées ici sont d’abord rappelées. Sont ensuite précisées les questions auxquelles des calculs directs fournissent une réponse correcte, et celles qui nécessitent le recours aux techniques de simulation, parfois beaucoup plus coûteuses en temps calcul. Deux exemples sont examinés. Pour le dioxyde d’azote (NO 2) sur l’agglomération de Rouen, l’évaluation des caractéristiques statistiques de la population potentiellement exposée à un dépassement de seuil requiert le recours aux simulations, alors que la surface concernée par ce dépassement est estimée directement par un calcul d’espérance conditionnelle. Pour le dioxyde de soufre (SO 2) sur la ville du Havre, le biais engendré par la simulation directe d’un quantile des concentrations journalières durant une période d’un an est discuté et une autre méthode d’estimation du quantile est proposée.