John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Caractérisation des émissions de benzène et de formaldéhyde lors de la combustion d’encens et de bougies d’intérieur : élaboration de scénarios d’exposition et conseils d’utilisation Volume 8, numéro 2, mars-avril 2009

Auteurs
Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), 84, avenue Jean-Jaurès, Champs-sur-Marne, 77447 Marne-la-Vallée cedex 02, France, Laboratoire d’hygiène de la ville de Paris (LHVP), 11, rue George-Eastman, 75013 Paris, France
  • Mots-clés : benzène, composés chimiques organiques, évaluation des risques sanitaires, formaldéhyde, parfum, pollution de l’air ambiant intérieur
  • DOI : 10.1684/ers.2009.0235
  • Page(s) : 109-18
  • Année de parution : 2009

La combustion d’encens et de bougies parfumées est reconnue comme une source de particules, de monoxyde et de dioxyde de carbone. En revanche, il existe peu d’informations sur les émissions en composés organiques volatils (COV) et formaldéhyde associées à la combustion de ces produits. Cette étude présente une méthodologie de caractérisation de ces émissions et informe sur le niveau d’exposition des utilisateurs de ces produits aux COV et au formaldéhyde. À partir des niveaux d’émission mesurés, les risques sanitaires des utilisateurs ont été évalués, et des fréquences d’utilisation ont été proposées.MéthodologieCes mesures ont été réalisées sur 43 produits, dans une pièce témoin de la maison expérimentale du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB). Un protocole d’analyse permettant d’étudier la dynamique des émissions a été mis au point.RésultatsPour les bâtons et cônes d’encens, les émissions de benzène et de formaldéhyde sont les plus fortes pendant la combustion et dans l’heure suivant la combustion, puis elles diminuent significativement dans la pièce d’étude sous l’effet du renouvellement d’air par le système de ventilation (0,6 vol/h). Les cônes d’encens émettent plus de formaldéhyde que les bâtons d’encens. Par ailleurs, plus la masse de produit brûlée est importante, plus la concentration des émissions est importante. Les émissions de benzène et de formaldéhyde des bougies sont très nettement inférieures à celles des encens. En revanche, pour les bougies, une légère augmentation des concentrations de formaldéhyde a été observée après la combustion, traduisant vraisemblablement des phénomènes de réactivité chimique.ApplicationsLa méthodologie présentée a servi à l’évaluation et à la quantification des risques sanitaires aigus et chroniques encourus par la population exposée aux émissions de benzène et de formaldéhyde par des encens et des bougies d’intérieur, après l’élaboration de scénarios d’exposition. Les résultats obtenus ont permis de modifier des produits (diminution de la masse brûlée) et d’abandonner des formulations au profit d’autres moins émissives. Les scénarios d’exposition ont permis de conseiller une fréquence d’utilisation de ces parfums d’intérieur en fonction des risques sanitaires et cancérigènes encourus à long terme.