JLE

Epilepsies

MENU

Sémiologies religieuses des épilepsies à la Renaissance Volume 20, supplément 2, Numéro spécial : Epilepsie et Renaissance

Auteur
6, allée Couchouren, 29000 Quimper

Certains types d’épilepsies ne s’accompagnent pas nécessairement de convulsions motrices, mais présentent une sémiologie principalement psychique, à type d’hallucinations complexes. Depuis l’Antiquité jusqu’à la Renaissance, ces épilepsies psychiques ont été confondues avec des manifestations surnaturelles, et alors considérées soit comme des manifestations divines conférant au patient la sainteté, soit comme des manifestations démoniaques ou des cas d’hérésie, justiciables des flammes d’un bûcher. Dans leur ensemble, les médecins de la Renaissance n’ont pas pu reconnaître l’existence de cette pathologie neuropsychique et l’intégrer dans le domaine médical, car pour cela il leur aurait fallu imaginer qu’une vie spirituelle aurait pu être possible sans clergé ni divinité. Quatre siècles plus tard, leurs confrères neuropsychiatres pourraient maintenant se demander si une vie spirituelle est toujours possible sans pathologie du mystère, puisque l’espèce homo sapiens sapiens, trompée par ses perceptions et par l’héritage d’utopies ancestrales, ne pouvant éviter de commettre des erreurs de raisonnement, est victime d’illusions contagieuses.