JLE

Epilepsies

MENU

Prise en charge en milieu de réanimation des états de mal épileptiques convulsifs réfractaires Volume 13, numéro 4, Octobre - Novembre - Décembre 2001

Auteur
Réanimation médicale, Hôpital de Poissy, CHI Poissy/ Saint-Germain-en-Laye, 10, rue du Champ-Gaillaud, 78303 Poissy cedex

L'état de mal épileptique réfractaire généralisé convulsif ou larvé pose de nombreuses difficultés tant pratiques que théoriques ; il nécessite une prise en charge précise et rigoureuse. Il faut rechercher des facteurs susceptibles de pérenniser l'EME, qui sont parfois aisément contrôlables, et s'assurer de la bonne prescription des médicaments anti-épileptiques (MAE) d'action prolongée. Les personnes victimes d'un EME convulsif généralisé qui ne recouvrent pas un état de conscience normal, ou celles dont le traitement de première ligne échoue, doivent être prises en charge en réanimation même si elles ne sont pas placées sous ventilation mécanique. L'enregistrement de l'EEG, au mieux continu, est essentiel à ce stade. Une collaboration étroite avec un neurologue, si possible rompu à l'épileptologie est très souhaitable. Divers médicaments et en particulier un certain nombre d'agents anesthésiques ont été proposés pour juguler l'état de mal réfractaire. Le recours à ces agents doit toujours être aussi raisonné que possible. Le midazolam et/ou le propofol sont préconisés par beaucoup avant de recourir à l'anesthésie barbiturique. Cette démarche ne découle toutefois pas d'une évaluation rigoureuse, qui sera probablement difficile à effectuer dans un avenir proche.