JLE

Epilepsies

MENU

L’épilepsie chez Francisco Sanchez, médecin sceptique Volume 20, supplément 2, Numéro spécial : Epilepsie et Renaissance

Auteur
Université François-Rabelais de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, CNRS-UMR 6576

Comment un médecin peut-il être fondamentalement sceptique sur son art et pratiquer la médecine pendant quarante ans ? Le bref chapitre sur l’épilepsie des Opera Medica de Francisco Sanchez (1550-1623) est caractéristique du traitement prudent des maladies internes par cet élève de Fernel. Son cas est particulièrement intéressant, moins par ce qu’il dit vraiment de l’épilepsie, que par ce qu’il tait et par la place que tient ce type de maladie dans son œuvre. La sobriété de sa méthode de description des signes et des symptômes, son absence de prétention dans les développements théoriques en font un témoin exigeant et critique de la médecine de son temps tout en accréditant la thèse du poison (« virus ») comme cause de l’épilepsie. Sanchez représente un jalon important dans le rejet implicite d’une partie des autorités médicales par sa mise en pratique du doute systématique, sans qu’il ait eu quelque contact que ce soit avec les courants précartésiens.