JLE

Epilepsies

MENU

L’adolescent, l’épilepsie et le médecin Volume 21, numéro 2, avril-mai-juin 2009

Auteur
Centre de Toul-Ar-C’hoat, route de Crozon, 29150 Chateaulin, France

Le passage de l’adolescence chez un jeune souffrant d’épilepsie comporte des risques, mais il est aussi une occasion d’observer un remaniement de la personnalité. L’enfant construit son monde intérieur en intégrant l’expérience de soi et de son environnement. En fonction de l’âge de début des crises, l’épilepsie perturbe et modifie les interactions parentales et sociales. L’adolescence est un processus complexe où des remaniements intriqués hormonaux et neurologiques s’opèrent. Des comportements nouveaux spécifiques apparaissent, en particulier la prise de risques et l’accroissement des relations sociales. Ces comportements sont l’occasion d’acquérir un sentiment d’identité. L’épilepsie, source de difficultés et de souffrances, s’accompagnera d’opposition ou de passivité face aux soins et de troubles du caractère. Des troubles plus inquiétants peuvent être observés, jusqu’au risque de psychose. Les troubles diffèrent selon qu’il s’agit d’un enfant épileptique qui devient adolescent ou d’un adolescent qui devient épileptique. Le rôle du médecin ne doit pas être de se contenter de soigner, mais il doit aussi et surtout contribuer à l’évolution harmonieuse du sentiment d’identité en prenant en compte toutes les réalités (médicale, familiale et scolaire).