JLE

Epilepsies

MENU

Etude des potentialités thérapeutiques du transfert de la GAD dans un modèle d’excitotoxicité induite par l’acide kaïnique Volume 13, numéro 2, Avril - Mai - Juin 2001

Auteurs
Laboratoire d’épileptologie expérimentale et clinique (EA 2967), Université Victor-Segalen, Bordeaux 2, 146, rue Léo-Saignat, case 78, 33076 Bordeaux Cedex, France.

Le développement récent des techniques de transfert de gènes dans le système nerveux central permet d’envisager de nouvelles stratégies pour certaines formes graves d’épilepsie pharmacorésistantes comme les épilepsies du lobe temporal qui se prêtent de façon remarquable à l’élaboration des protocoles à mettre en œuvre. Notre stratégie est basée sur un renforcement de la neurotransmission inhibitrice grâce à l’utilisation d’adénovirus recombinants porteurs du gène de la GAD (enzyme de synthèse du GABA). L’objectif de notre étude est de tester les potentialités thérapeutiques du transfert du gène de la GAD 67 dans un modèle in vitro d’excitotoxicité induite par l’acide kainique (cultures organotypiques). Nous avons utilisé deux constructions plasmidiques avec deux promoteurs différents, un promoteur viral, le Long Terminal Repeat du virus du sarcome de Rous pour permettre une expression forte et ubiquitaire du transgène et un promoteur cellulaire, la Neuron Specific Enolase qui permet de cibler l’expression du transgène dans les cellules nerveuses. Nous avons observé, quel que soit le type d’adénovirus utilisé, une surexpression de la protéine GAD67 dans les cellules de l’hippocampe in vitro mais aussi in vivo chez le rat et la souris. La deuxième étape de notre travail est d’étudier l’effet de cette transfection après acide kaïnique.