JLE

Epilepsies

MENU

Etats de mal non convulsifs : influence de la prise en charge sur le pronostic Volume 13, numéro 4, Octobre - Novembre - Décembre 2001

Auteur
Johns Hopkins Bayview Med Cent, Department of Neurology, 4940 Eastern Av, Baltimore, MD 21224, Etats-Unis.

La détermination du pronostic de l'état de mal non convulsif (EDMNC) est compliquée par plusieurs facteurs : non-reconnaissance de l'EDMNC avec résolution spontanée (ce qui diminue le « dénominateur » du nombre total de cas à évolution défavorable) ; diagnostic manqué d'EDMNC en raison d'une mauvaise interprétation d'anomalies paroxystiques sur l'EEG ; classification erronée de certains patterns EEG en EDMNC (par exemple les PLEDs, les ondes triphasiques) ; et rassemblement de différentes populations présentant des comorbidités extrêmement différentes (patients ambulatoires avec EDMNC groupés avec des patients comateux avec une activité critique électrique sur le monitoring EEG). Il n'y a pratiquement pas d'étude prospective comprenant une évaluation neuropsychométrique prémorbide, et les études rétrospectives incluent typiquement des cas isolés, ou des séries de cas avec des maladies dans lesquelles la cause du status entraîne par elle-même une morbidité cognitive. Pour résumer les données disponibles, l'état d'absence (état de mal épileptique généralisé non convulsif ambulatoire) ne semble pas provoquer de morbidité persistante. L'état de mal partiel complexe chez des patients ambulatoires ne donne que rarement un déficit neurologique permanent, mesurable, mais il est certain que, rarement, des déficits peuvent survenir, de courte ou de longue durée. Comme le traitement intensif utilisant les antiépileptiques intraveineux (benzodiazépines ou phénytoïne) entraîne une certaine morbidité, il n'a pas été établi de façon claire si la morbidité d'un tel traitement intensif pratiqué dans tous les cas d'EDMNC entraîne une morbidité supérieure à celle de l'état de mal lui-même. Des études plus importantes et prospectives sont nécessaires pour déterminer le pronostic des différentes formes d'EDMNC, que l'on devrait stratifier en fonction de l'état neuropsychologique associé (atteinte minime, confusion modérée, coma).