John Libbey Eurotext

Epilepsies

MENU

Épilepsie et sommeil : des interactions réciproques Volume 16, numéro 3, Juillet-Août-Septembre 2004

Auteurs
Unité médico‐chirurgicale de l’épilepsie, hôpital Gui de Chauliac, 80, avenue Fliche, 34295 Montpellier Cedex 05

Les relations entre sommeil et épilepsie sont connues depuis l’Antiquité. Il existe un certain antagonisme puisque le sommeil a un effet protecteur mais aussi facilitateur. En fonction du syndrome épileptique, cet antagonisme est plus ou moins prononcé sur les anomalies intercritiques et\ou sur les crises. L’épilepsie et les médicaments antiépileptiques ont un effet sur les macro et microachitectures du sommeil. Certaines pathologies telles que les syndromes d’apnées du sommeil et les parasomnies sont parfois difficiles à distinguer d’une crise d’épilepsie d’autant plus que ces pathologies peuvent être associées, provoquant à ce moment là un déséquilibre des deux pathologies. Dans cet article, nous abordons l’effet du sommeil sur l’épilepsie (crises, anomalies électroencéphalographiques, distribution des crises, privation de sommeil), le retentissement de l’épilepsie sur le sommeil (macro et microarchitectures, effet des thérapeutiques), les différences observées entre les épilepsies temporales et frontales, l’intérêt de l’étude du sommeil paradoxal dans les bilans préchirugicaux des épilepsies, les pathologies associées et les diagnostics différentiels (syndrome d’apnées du sommeil, parasomnies et autres). Puis, la méthodologie pratique et l’intérêt de réaliser un sommeil dans l’exploration d’une épilepsie sont décrits.