JLE

Epilepsies

MENU

Devenir socioprofessionnel d’une population d’adolescents épileptiques Volume 21, numéro 2, avril-mai-juin 2009

Auteurs
ITEP, RN 12, 61190 Saint-Maurice-lès-Charencey, France, Inserm U 894, centre de psychiatrie et neurosciences, 2 ter, rue d’Alésia, 75014 Paris, France

À partir d’un questionnaire, envoyé à tous les adolescents épileptiques ayant fréquenté le centre de Champthierry entre 1982-2008, nous avons analysé la formation scolaire-professionnelle, la situation d’emploi et la vie sociale pour 232 sujets. L’obtention de diplômes qualifiants concerne à peine la moitié (42 %) des sujets accueillis mais, cependant, près de 80 % des sujets auront une activité professionnelle se répartissant à part égale en milieu ordinaire et en milieu protégé. L’emploi en milieu ordinaire s’accompagne chez plus de six patients sur dix par une autonomie complète (et, pour certains, une vie en couple et avec enfants) ; le travail en milieu protégé représente un groupe de sujets moins indépendants (un sujet sur quatre). La stabilisation des crises est certainement un facteur favorable à une insertion socioprofessionnelle réussie mais n’est pas un critère suffisant. Des efforts de prise en charge sont encore nécessaires pour améliorer l’autonomie, la formation et l’intégration dans la société des jeunes épileptiques.