JLE

Epilepsies

MENU

Développement du cortex cérébral : apports récents des études chez la souris et les primates Volume 20, numéro 4, Octobre, Novembre, Décembre 2008

Auteurs
Inserm, U839, Paris, France et Université Pierre et Marie Curie, Paris, France, Institut du Fer à Moulin, 17 rue du Fer à Moulin, 75005 Paris

La mise en place du cortex cérébral est une opération complexe qui met en jeu la production d’une variété remarquable de neurones excitateurs et inhibiteurs. Ces neurones sont assemblés en circuits fonctionnels qui s’organisent en couches et en aires. Le cortex a une expansion maximale chez l’homme, mais les grands principes de son organisation et de son développement sont conservés chez tous les mammifères. Ainsi les approches génétiques chez la souris, ont permis des avancées majeures de nos connaissances du développement cortical. On sait à présent qu’il existe différentes sources de neurones corticaux, venant rejoindre des cellules précurseurs qui leur servent de guide. Les gènes qui contrôlent la spécification, et la migration des neurones ont commencé à être identifiés, ainsi que les mécanismes permettant l’établissement des connexions nerveuses. Les explorations conduites chez les primates ont permis, de confirmer les observations faites chez le rongeur et dans certains cas d’identifier des différences. Ainsi les neurones glutamatergiques et gabaergiques ont des origines différentes, chez les rongeurs, alors que chez les primates, les interneurones proviennent majoritairement de la zone ventriculaire corticale, tout comme les neurones glutamatergiques. Des différences de régulations de la prolifération de différents précurseurs pourraient expliquer l’expansion du cortex des primates, en particulier des couches superficielles. Ces études apportent un nouvel éclairage sur les pathologies du développement cortical qui vont des défauts précoces de la corticogenèse jusqu’à des altérations subtiles du raffinement des connexions axonales.