JLE

European Journal of Dermatology

MENU

Planifier une grossesse chez une patiente avec un psoriasis Volume 30, supplément 1, October 2020

Illustrations


  • Figure 1

Tableaux

Auteur
Service de Dermatologie, CHU Brest, Brest, France
Laboratoire interactions épithéliums-neurones, EA 4685, université Brest Occidentale, France
* Reprints

Le psoriasis est une dermatose inflammatoire fréquente, qui démarre avant 40 ans dans les trois quarts des cas. La grossesse dans un couple où l’un des futurs parents est atteint de psoriasis est donc une situation fréquente, que le dermatologue peut être amené à rencontrer et qu’il doit anticiper. La contraception doit être systématiquement abordée avec les patientes atteintes de psoriasis en âge de procréer, car elle est obligatoire avec certains traitements (comme le méthotrexate ou l’acitrétine). L’information des femmes avec un projet de grossesse semble insuffisante. Les patientes se documentent beaucoup par Internet, avec le risque d’y recueillir des informations erronées. Les interrogations formulées par ces femmes concernent l’impact de la maladie sur le fœtus, le traitement des poussées pendant la grossesse, la transmission de la maladie et la sécurité des médicaments pendant la grossesse. Il a longtemps été admis que le psoriasis n’altérait pas la fertilité chez les hommes, mais deux études récentes ont montré une inflammation du tractus génital chez des hommes avec un psoriasis, sans preuve d’effet sur la fertilité. Concernant le choix du traitement du psoriasis chez l’homme avec un projet de paternité, le méthotrexate est à éviter dans les trois mois avant conception, même si les données sur les nombreuses grossesses survenues sous ce traitement sont rassurantes. Les autres traitements peuvent être poursuivis. Il ne semble pas que le psoriasis affecte la fertilité des femmes ; les études sont en revanche divergentes concernant la fécondité, qui montre parfois une diminution qui serait multifactorielle. Le psoriasis est associé à de nombreuses comorbidités telles que le diabète, l’obésité, l’hypertension artérielle, le tabagisme et la dépression – lesquelles peuvent également avoir un effet sur la fertilité. L’atteinte génitale est fréquente lors du psoriasis, et altère significativement la vie sexuelle des patients. Cette localisation est importante à rechercher et à traiter. Chez les femmes avec un psoriasis, l’objectif pendant la grossesse sera de maintenir la dermatose stable avec un traitement compatible avec la vie embryonnaire et fœtale. Il faudra bien peser la balance bénéfice/risque et discuter avec la patiente. Chez une patiente ayant un projet de grossesse, les traitements à privilégier sont, selon la sévérité du psoriasis : les dermocorticoïdes, les ultraviolets B, la ciclosporine, les anti-facteur de nécrose tumorale α, notamment le certolizumab pégol et l’étanercept. Chez une patiente ayant un projet de grossesse et déjà traitée pour son psoriasis, il faudra considérer le délai recommandé entre l’arrêt du traitement et la conception.