JLE

European Journal of Dermatology

MENU

Le choix thérapeutique : médicaments du psoriasis et grossesse avant, pendant et après la grossesse Volume 30, supplément 1, October 2020

Illustrations


  • Figure 1

Tableaux

Auteur
Université Claude-Bernard Lyon I, Hospices Civils de Lyon, service de dermatologie, hôspital Edouard Herriot, Lyon, France
* Tirés à part

Le psoriasis touche généralement des adultes jeunes, et donc de nombreuses femmes avec désir de grossesse ou enceintes. Le traitement peut alors s’avérer être un véritable défi chez certaines patientes, surtout en cas de formes sévères. Au-delà des traitements locaux, généralement bien tolérés, la photothérapie à ultraviolets B et la ciclosporine restent les traitements systémiques de première intention. L’acitrétine et le méthotrexate sont formellement contre-indiqués. Les données concernant les biothérapies prises en cours de grossesse sont rassurantes, le principal risque étant l’immunodépression du nouveau-né en cas de maintien du traitement. Les biothérapies doivent idéalement être interrompues en amont de la grossesse, mais, en cas d’absolue nécessité, elles peuvent être maintenues voire initiées au cours de la grossesse. Dans tous les cas, il est recommandé de ne pas maintenir une biothérapie au-delà du second trimestre, en raison du risque d’infection materno-fœtale. En cas d’initiation d’une biothérapie au cours de la grossesse, l’étanercept ou le certolizumab seront privilégiés, en raison de leur faible passage transplacentaire et d’un plus grand recul sur leur sécurité d’administration au cours de la grossesse.