John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Traitement premier des métastases cérébrales par irradiation en conditions stéréotaxiques Volume 86, numéro 7-8, Numéro double 7 - 8, Juillet - Août 1999

Auteurs
Service de radiothérapie, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, 47-83, bd de l’Hôpital, 75651 Paris Cedex 13.
  • Mots-clés : radiochirurgie, métastases cérébrales.
  • Page(s) : 666-72
  • Année de parution : 1999

L’objectif de l’étude est d’analyser rétrospectivement les résultats et les facteurs pronostiques du contrôle local et de la survie après radiochirurgie de première intention pour métastases cérébrales. De janvier 1994 à décembre 1997, 26 patients atteints de 43 métastases ont été traités de première intention par radiochirurgie. L’âge médian était de 61 ans et l’index médian de Karnofsky de 70. Douze patients avaient un cancer bronchique primitif, 7 un cancer rénal, 2 un cancer mammaire, 1 un cancer colique, 2 un mélanome malin, 1 un ostéosarcome et 1 un adénocarcinome sans primitif. Sept patients avaient des métastases en dehors de l’encéphale au moment du traitement. Vingt et une séances de radiochirurgie ont été réalisées pour une métastase, 9 séances pour 2, 3 et 4 métastases. Le diamètre médian était de 21 mm et le volume médian de 1,8 cm3. La dose médiane périphérique était de 14 Gy et celle à l’isocentre de 20 Gy. La réponse de 42 métastases (sur 43) à l’irradiation était évaluable. Le taux brut de contrôles locaux était de 90,5 % et les taux actuariels de 85 % à 1 an et de 75 % à 2 et 3 ans. Une analyse unifactorielle a montré que le seul facteur pronostique d’un meilleur contrôle était une radiorésistance théorique à une irradiation classique (100 % versus 77 %, p < 0,05). Tous les patients étaient évaluables pour la survie. La médiane de survie était de 15 mois. Aucun facteur pronostique de la survie n’a été mis en évidence. Quatre patients ont eu un œdème symptomatique (de grade II selon le RTOG) d’évolution favorable sous corticoïdes. Deux patients ont été opérés pour une évolution tumorale clinique et radiologique. La radiochirurgie à faible dose (14 Gy sur l’isodose de référence) peut être proposée de première intention pour des métastases cérébrales et en particulier pour des lésions dites radiorésistantes.