John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Standards, Options et Recommandations (SOR) pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales en cancérologie Volume 87, numéro 7-8, Numéro double 7 - 8, Juillet -Août 2000

Auteurs
FNCLCC, SOR, 101, rue de Tolbiac, 75654 Paris Cedex 13.
  • Mots-clés : prévention, infections nosocomiales, surveillance, isolement protecteur, isolement septique, guides de bonne pratique, cancer.
  • Page(s) : 557-91
  • Année de parution : 2000

Contexte. La Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer (FNCLCC) et les Centres régionaux de lutte contre le cancer (CRLCC), en collaboration avec des partenaires des secteurs public (CHU, CHG), privé et certaines sociétés savantes ont entrepris, depuis 1993, d’élaborer des recommandations pour la pratique clinique en cancérologie : les « Standards, Options et Recommandations » (SOR). L’objectif de l’opération SOR est d’améliorer la qualité et l’efficience des soins aux patients atteints de cancer en fournissant aux praticiens une aide à la décision facilement utilisable. La méthodologie d’élaboration des SOR repose sur une revue et une analyse critique des données de la littérature scientifique par un groupe d’experts pluridisciplinaire, permettant de définir, sur la base du niveau de preuve scientifique et du jugement argumenté des experts, des « Standards », des « Options » et des « Recommandations ». Avant publication, les SOR sont revus par des experts indépendants. Objectifs. Définir, sur la base d’une revue de la littérature et de l’accord d’experts, des Standards, Options et Recommandations pour la prévention et la surveillance des infections nosocomiales en cancérologie. Méthodes. Un groupe pluridisciplinaire mis en place par la FNCLCC a revu les données scientifiques disponibles identifiées à partir de Medline®, de la base du CDC (Centers for Disease Control and Prevention) et de références personnelles du groupe de travail, concernant la surveillance et la prévention des infections nosocomiales en cancérologie. Après sélection des articles, synthèse des résultats et rédaction des SOR, le document a été soumis pour relecture et approbation à 106 relecteurs indépendants et aux 20 comités techniques et médicaux des CRLCC. Résultats. 1) Les critères d’infection et de nosocomialité définis par le CDC et le Conseil supérieur d’hygiène publique de France (CSHPF) ne sont pas adaptés et doivent être redéfinis pour la cancérologie. 2) L’épidémiologie des infections nosocomiales en cancérologie est insuffisamment connue mais leur incidence semble plus élevée. De nombreux facteurs de risque infectieux, dont la durée et la profondeur de la neutropénie, coexistent chez le malade cancéreux. 3) La surveillance et la prévention des infections nosocomiales sont obligatoires et sont prises en compte dans l’accréditation des établissements hospitaliers. L’obligation est exprimée en termes de moyens et de résultats. 4) L’objectif de la surveillance des infections nosocomiales est de dépister les problèmes majeurs, de détecter les situations d’alerte, d’orienter l’antibiothérapie probabiliste et d’évaluer l’efficacité de la lutte contre les infections nosocomiales. Les moyens de la surveillance sont les enquêtes de prévalence et d’incidence menées ponctuellement et en continu. 5) Les trois attitudes de prévention de l’infection nosocomiale devant être adoptées sont : une attitude vis-à-vis de tous les patients, une attitude vis-à-vis des malades infectés et porteurs de bactéries multirésistantes, une attitude vis-à-vis des malades immunodéprimés. 6) Les précautions standards doivent s’appliquer à l’ensemble des malades cancéreux. 7) Il est nécessaire de rajouter les précautions septiques particulières pour les malades infectés par des micro-organismes figurant sur les listes de référence ou porteurs de bactéries multirésistantes. 8) Le seul objectif de l’isolement protecteur des malades cancéreux immunodéprimés est la réduction de la contamination croisée. Il n’y a pas d’attitude de prévention standard sur les indications et la mise en œuvre de l’isolement protecteur. Les attitudes de prévention proposées relèvent de l’accord d’experts.