John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Standards, Options et Recommandations pour l’utilisation de l’érythropoïétine en cancérologie Volume 85, numéro 4, Avril 1998

Auteurs
  • Mots-clés : érythropoïétine, recommandations, guide de bonnes pratiques, cancer, érythropoïétine recombinante humaine, époétine-alpha, époétine-bêta, anémie, chimiothérapie, radiothérapie.
  • Page(s) : 337-46
  • Année de parution : 1998

La Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer (FNCLCC) et les Centres régionaux de lutte contre le cancer (CRLCC), en collaboration avec des partenaires des secteurs public (CHU, CHG), privé et certaines sociétés savantes, ont entrepris depuis 1993 d’élaborer des recommandations pour la pratique clinique en cancérologie : les « Standards, Options et Recommandations » (SOR). L’objectif de l’opération SOR est d’améliorer la qualité et l’efficience des soins aux patients atteints de cancer en fournissant aux praticiens une aide à la décision facilement utilisable. La méthodologie d’élaboration des SOR repose sur une revue et une analyse critique des données de la littérature scientifique par un groupe d’experts pluridisciplinaire, permettant de définir, sur la base du niveau de preuve scientifique et du jugement argumenté des experts, des « Standards », des « Options » et des « Recommandations ». Avant publication, les SOR sont revus par des experts indépendants. Objectifs : Définir, en adéquation avec la méthodologie d’élaboration des SOR, des Standards, Options et Recommandations pour l’utilisation de l’érythropoïétine en cancérologie. Méthodes : Les données sources pour l’élaboration des recommandations ont été obtenues à partir de recherches bibliographiques avec Medline jusqu’en mars 1996 et Current Contents jusqu’en octobre 1996, et complétées par des éléments bibliographiques personnels des auteurs non référencés dans ces bases de données. Les critères principaux pris en considération dans l’évaluation du bénéfice apporté par le traitement par érythropoïétine ont été les taux d’hémoglobine et d’hématocrite, la qualité de vie des patients, les besoins transfusionnels, l’incidence et la durée des hospitalisations, l’efficacité du traitement anticancéreux, les contraintes et la toxicité du traitement par érythropoïétine et les répercussions économiques de son utilisation. Après sélection des articles, synthèse des résultats et rédaction des SOR, le document a été soumis pour relecture et approbation à 39 relecteurs indépendants et aux 20 comités techniques et médicaux (CTM) des CRLCC. Résultats : Les recommandations majeures pour l’utilisation de l’érythropoïétine en cancérologie sont : 1) l’utilisation de l’érythropoïétine en cancérologie n’est licite actuellement que dans le cadre de l’anémie induite par une chimiothérapie comportant des sels de platine (dans les autres situations où le bénéfice d’un traitement par érythropoïétine est possible, il est recommandé de participer aux études cliniques en cours plutôt que d’adopter une politique de prescription au cas par cas) ; 2) dans cette situation clinique, ce traitement est à mettre en balance avec la transfusion, chaque méthode ayant des avantages et des inconvénients respectifs différents. Les facteurs individuels liés au patient doivent être pris en compte ; 3) il est recommandé de continuer à étudier les facteurs prédictifs de la réponse au traitement par érythropoïétine pour éviter de prescrire ce traitement à des patients peu susceptibles d’en bénéficier ; 4) pour les situations cliniques où le bénéfice de l’érythropoïétine n’est pas actuellement clairement démontré (radiothérapie, intensification thérapeutique, etc.), nous recommandons la participation à des essais multicentriques de phase III ; 5) dans l’état actuel des connaissances, l’utilisation de l’érythropoïétine ne peut être recommandée chez l’enfant.