John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Résection pulmonaire pour récidive métastatique après pneumonectomie pour métastases Volume 84, numéro 3, Mars 1997

Auteurs
Service de chirurgie thoracique, Institut mutualiste Montsouris, 6, place de Port-au-Prince, 75013 Paris, France.
  • Mots-clés : métastases pulmonaires, chirurgie, poumon unique.
  • Page(s) : 277-81
  • Année de parution : 1997

La résection de récidives métastatiques pulmonaires après pneumonectomie pour métastases est exceptionnelle. Néanmoins, ce type de chirurgie peut être réalisé de manière satisfaisante chez des patients hautement sélectionnés. De janvier 1987 à février 1996, 5 patients ont bénéficié d’une métastasectomie sur poumon unique, après une pneumonectomie réalisée pour la même maladie métastatique. Il s’agissait de 3 hommes et de 2 femmes d’âge moyen 38 ans. Tous avaient un VEMS supérieur à 40 % du volume théorique. Un patient (n° 1) a subi 2 exérèses successives (wedges) sur le lobe inférieur droit pour métastases d’un sarcome des tissus mous, avant une lobectomie inférieure pour nouvelle récidive locale 17 mois plus tard. Trois patients ont subi une seule opération (respectivement 2, 7 et 6 wedges pour métastases de carcinome (n° 2 et n° 3) ou ostéosarcome (n° 4)). Le dernier patient (n° 5) a subi 3 résections en wegde pour métastases d’un corticosurrénalome malin sous circulation extracorporelle fémoro-fémorale sans arrêt cardiaque. Un infarctus veineux du lobe inférieur a conduit à une lobectomie inférieure secondaire, qui n’a pas empêché le décès par insuffisance cardiorespiratoire. Les autres patients n’ont fait aucune complication postopératoire. Deux patients sont décédés de récidive métastatique 12 et 14 mois respectivement après la chirurgie sur poumon unique. En revanche, les 2 autres patients sont vivants sans récidive 27 et 36 mois après la dernière résection. Chez des patients hautement sélectionnés, cette chirurgie agressive sur poumon unique paraît réalisable, mais ses bénéfices en termes d’amélioration de la survie à long terme restent à déterminer.