John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Pourquoi individualiser les doses de médicaments anticancéreux : de la surface corporelle à la physiologie Volume 95, numéro 10, octobre 2008

Auteurs
Institut Claudius-Regaud et EA3035, université de Toulouse, 20, rue du Pont-Saint-Pierre, 31052 Toulouse cedex, France
  • Mots-clés : pharmacocinétique, fonction rénale, surface corporelle, toxicité
  • DOI : 10.1684/bdc.2008.0720
  • Page(s) : 895-901
  • Année de parution : 2008

Les doses de médicaments anticancéreux sont le plus souvent calculées en fonction de la surface corporelle. Cette pratique est basée sur l’hypothèse que les capacités d’élimination sont proportionnelles à ce paramètre morphologique. Cela est rarement vérifié, aussi les relations entre concentrations plasmatiques en médicament et effets pharmacodynamiques sont souvent plus étroites qu’entre dose et effet ; cela est particulièrement vrai pour la toxicité hématologique. Les mécanismes d’élimination des médicaments anticancéreux seront présentés ainsi que les causes de variabilité interindividuelle. Les méthodes d’estimation de la fonction rénale des patients seront plus particulièrement discutées. Ces notions fondamentales de pharmacocinétique permettent de comprendre le principe des méthodes d’adaptation individuelle de posologie, qui progressivement se mettent en place dans le domaine de l’oncologie.