John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

Nouveaux facteurs prédictifs de chimiosensibilité dans le cancer du sein Volume 95, numéro 10, octobre 2008

Auteurs
Institut Bergonié et université de Bordeaux-II, Bordeaux, Institut Curie, Paris
  • Mots-clés : cancer du sein, prédiction de réponse, chimiosensibilité, profils d’expression géniques
  • DOI : 10.1684/bdc.2008.0729
  • Page(s) : 943-50
  • Année de parution : 2008

Connaissant l’hétérogénéité clinique et moléculaire des cancers du sein, on peut raisonnablement concevoir que toutes les tumeurs ne sont pas également sensibles aux diverses chimiothérapies utilisées. Ainsi, la recherche de facteurs biologiques de chimiosensibilité est un des défis de l’oncologie moderne. Leur étude dans les cancers du sein peut être séparée en deux parties distinctes : (1) l’identification de facteurs qui permettent de prédire la chimiosensibilité d’une tumeur d’une façon générale, c’est-à-dire sa capacité à répondre à la chimiothérapie quel que soit le type de cytostatique administré ; (2) l’identification de facteurs qui permettent de prédire la chimiosensibilité spécifique, à savoir la capacité d’une tumeur à répondre à une classe de cytostatiques alors qu’elle est éventuellement résistante à une autre classe. Nous abordons ces deux aspects dans cet article et présentons plusieurs études en cours ou récemment publiées. Ces études suggèrent l’intérêt de rechercher différents marqueurs biologiques considérés de façon isolée (récepteurs hormonaux, HER2, TOPO2α, p53) ou combinés sous forme de « signatures ».