JLE

Bulletin du Cancer

MENU

Les infections sur site opératoire en chirurgie carcinologique cervicofaciale Volume 86, numéro 12, Décembre 1999

Auteurs
Département de cancérologie cervicofaciale, Centre Oscar-Lambret, BP 307, 59020 Lille Cedex.

Les ISO (infections du site opératoire) constituent la première cause de morbidité postopératoire en chirurgie carcinologique cervicofaciale. Elles surviennent sur terrain particulièrement immunocompromis et impliquent essentiellement des germes de la flore oropharyngée. Mais leur fréquence est diversement appréciée dans la littérature (0 à 87 %). Cela s’explique, en partie, par l’absence de réel consensus en ce qui concerne leur définition (faut-il considérer toutes les fistules cutanéo-muqueuses comme le témoin d’une ISO ?). De ce fait, l’analyse de leurs facteurs de risque et de leurs moyens de prévention est difficile. Pour la chirurgie propre, l’incidence des ISO varie de 0 à 6 %. Il semble que, dans ce cas, l’antibioprophylaxie ne soit pas utile. Dans le cas de la chirurgie avec ouverture de la muqueuse, il est difficile de répartir les interventions entre les classes 2 et 3 d’Altemeier. Il existe de nombreux arguments, notamment physiopathologiques, pour considérer que la contamination du site opératoire se poursuit au-delà de l’intervention. L’incidence des ISO est très variable d’une étude à l’autre : sans antibioprophylaxie, elle est de l’ordre de 40 à 87 %, avec antibiothérapie préventive, elle est de 3,4 à 47 %. De très nombreux facteurs de risque ont été décrits, certains plus fréquemment : stade d’extension tumoral ou ganglionnaire, trachéotomie préopératoire. Quatre études multiparamétriques montrent, en analyse multivariée, des facteurs de risque totalement différents. Actuellement, la prévention des ISO repose sur les règles d’hygiène hospitalière et sur une antibioprophylaxie, dont les modalités optimales ne sont pas encore déterminées. Nous manquons donc de données fiables en ce qui concerne la définition, l’incidence, les facteurs de risque de ces ISO. De nouvelles études prospectives sont indispensables.