John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Le Plan Cancer en France : une réflexion d‘économistes Volume 90, numéro 11, Novembre 2003

Auteurs
Université de la Méditerranée, Inserm 379, Institut Paoli‐Calmettes, 232 bd Sainte‐Marguerite, 13273 Marseille Cedex 9
  • Mots-clés : Plan Cancer, coût‐efficacité, préférences des patients
  • Page(s) : 1010-5
  • Année de parution : 2003

Le 24 mars 2003, le Président de la République a présenté le Plan Cancer dont les propositions ont pour ambition de répondre aux besoins des patients, de leurs proches et des professionnels qui prennent en charge les personnes atteintes par cette maladie. Les dispositions de ce plan constituent les éléments concrets d‘une politique moderne de santé publique visant à lutter contre les pathologies cancéreuses. Un Plan Cancer qui réussirait à améliorer l‘espérance et la qualité de vie des malades a de fortes chances de ne pas se traduire à moyen et long terme par une baisse des dépenses de santé. En revanche, il doit se donner pour objectif d‘améliorer la productivité de notre système de soins, c‘est‐à‐dire faire en sorte que, par euro investi, le retour en termes d‘années de vie gagnées et, plus généralement, d‘améliorations du bien‐être tende à augmenter. Pour parvenir à cet objectif, il faut considérer quatre problèmes que l‘économie de la santé peut contribuer à éclairer : l‘impact en termes de rendements des innovations biomédicales (décroissants la plupart du temps), la question du seuil rationnel d‘allocation des ressources, l‘influence de la variabilité des pratiques médicales, la prise en compte des préférences des patients. Souhaitons que la mise en lumière de ces difficultés permette aux sciences économiques et sociales de ne pas rester les parents pauvres de la recherche dans la lutte contre le cancer mais que, au contraire, nos disciplines soient clairement distinguées de simples sondages d‘opinion. C‘est ainsi que des enquêtes de sciences sociales fondées sur l‘interrogation directe d‘échantillons représentatifs des malades et de la population peuvent fournir une base utile à la réflexion démocratique. ▴