JLE

Bulletin du Cancer

MENU

Le flavopiridol, une protéine kinase dépendante des cyclines Volume 87, numéro 10, Octobre 2000

Auteurs
Laboratoire de pharmacologie antitumorale, Centre Oscar-Lambret et Unité Inserm 524, place de Verdun, 59045 Lille Cedex.
  • Page(s) : 697-701
  • Année de parution : 2000

Les protéines kinases dépendantes des cyclines (cyclin-dependent kinases ou cdk) sont des éléments régulateurs du cycle cellulaire [1]. Ces sérines/thréonines kinases s’associent à certaines cyclines, protéines dont l’expression varie au cours du cycle cellulaire. Ces complexes enzymatiques régulent la progression du cycle cellulaire. Par exemple, le complexe de la cdk 2 avec la cycline E contrôle l’évolution de la phase G1 vers la phase S au cours de laquelle le génome est dupliqué. Pour le passage de la phase G1 vers la phase S, la phosphorylation par le complexe cdk 4/6-cycline D de la protéine Rb, inactivant ainsi ce produit du gène rétinoblastome suppresseur de tumeur, est essentielle au contrôle de la phase G1 [2]. De la même manière, les complexes cdk 2-cycline A, cdk 1-cycline A et cdk 1-cycline B sont nécessaires pour la progression dans les phases S, G2 et M respectivement du cycle cellulaire [3]. Ces cdk représentent ainsi des cibles thérapeutiques potentielles plus ou moins sélectives au niveau d’une ou de plusieurs phases de ce cycle.