John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

L'imbroglio p16INK4a-p14/p19ARF : un dénouement en vue ? Volume 88, numéro 11, Novembre 2001

Auteur
Laboratoire d'oncologie moléculaire, IBMIG, 40, avenue du Recteur-Pineau, 86022, Poitiers.
  • Mots-clés : p16INK4a, p14/p19ARF
  • Page(s) : 1055-8
  • Année de parution : 2001

Depuis sa découverte, le locus CDKN2/MTS1 a été considéré comme un site important pour comprendre certains dérèglements du cycle cellulaire qui participent à la formation d'une cellule cancéreuse. Il subsistait une incertitude sur les rôles respectifs des protéines p16INK4a et p14/p19ARF (ARF) dans ces phénomènes car les deux gènes sont structurellement étroitement intriqués. L'invalidation (KO) du seul gène p16INK4a chez la souris a permis plusieurs avancées significatives. In vivo, le groupe de DePinho montre que l'inactivation de deux allèles p16INK4a génère des tumeurs variées à partir de 28 semaines après la naissance. Le groupe de Berns ne retrouve pas ce résultat mais montre que la présence d'un seul allèle sauvage d'ARF chez des souris p16-/- accroît leur sensibilité aux tumeurs, ce qui suggère qu'un dosage insuffisant d'ARF peut favoriser les conditions de la tumorigenèse. Il semble acquis qu'ARF est, chez la souris, le principal acteur du contrôle de la sénescence in vitro, de l'immortalisation et de la transformation par un oncogène ras. L'inactivation de p16INK4a joue un rôle majeur dans la genèse de tumeurs induites par des carcinogènes chimiques.