John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Innovations en radiothérapie adjuvante du cancer du sein Volume 94, numéro 4, Avril 2007

Auteurs
Département universitaire d’oncologie-radiothérapie, CRLC Oscar-Lambret et Université de Lille II, 59000 Lille, Département d’oncologie-radiothérapie et Inserm U860, CRLC Val d’Aurelle-Paul Lamarque, 34298 Montpellier

Le traitement du cancer du sein est de moins en moins mutilant grâce aux progrès des traitements locorégionaux acquis depuis un demi-siècle. La démonstration de l’équivalence en termes de survie globale entre une chirurgie mutilante (mastectomie totale) et une chirurgie conservatrice suivie d’une radiothérapie a légitimé le développement de l’association radiothérapie-chirurgie conservatrice comme le traitement de référence dans les lésions de petits volumes. Récemment, le développement technologique a permis un essor considérable de la précision des traitements. Le développement technique en 3D, la modulation d’intensité des faisceaux et l’asservissement respiratoire à l’irradiation (gating) pourraient s’avérer utiles dans des cas sélectionnés de cancer du sein, en particulier dans le cadre des associations de la radiothérapie avec les nouvelles molécules pour lesquelles les séquelles à long terme sont encore inconnues. En marge des techniques modernes de radiothérapie, la nouvelle approche d’irradiation partielle et accélérée du sein (Ipas) focalisée au lit opératoire suscite un engouement particulier pour les lésions de petits volumes. L’Ipas est réalisée en peropératoire ou dans les suites immédiates de l’acte chirurgical en utilisant la curiethérapie interstitielle, le dispositif avec ballonnet (ou MammoSite ®), la radiothérapie conformationnelle tridimensionnelle (RTC-3D) par photons ou protons. Dans cet article, l’apport potentiel des nouvelles techniques de radiothérapie est discuté, le concept de l’Ipas est argumenté et détaillé.