John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Innovation en radiothérapie adjuvante du cancer du sein : les nouveaux paramètres biologiques, une perspective pour l’individualisation des traitements Volume 96, numéro 1, janvier 2009

Auteur
Service d’oncologie-radiothérapie, hôpital Henri-Mondor, APHP, 54, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94000 Créteil, France, Faculté de médecine de Créteil, université Paris-XII, 8, rue du Général-Sarrailh, 94010 Créteil cedex, France
  • Mots-clés : cancer du sein, profils biologiques tumoraux, radiothérapie, facteurs pronostiques, facteurs prédictifs, profil génique
  • DOI : 10.1684/bdc.2009.0800
  • Page(s) : 111-21
  • Année de parution : 2009

En situation adjuvante, la radiothérapie de la glande mammaire en totalité après chirurgie conservatrice est le gold standard. Elle permet de délivrer une dose de 50 Gy dans la glande mammaire ± les aires ganglionnaires, suivie d’une surimpression dans le lit opératoire. Les indications et la définition des volumes sont établies selon la présence d’un ou plusieurs facteurs pronostiques. En dehors de certains cas particuliers, les paramètres techniques de l’irradiation comme, la dose son fractionnement et son étalement ne varient pas d’une patiente à une autre. Les futurs challenges seront d’identifier des patientes et des profils biologiques tumoraux qui justifient l’adaptation d’un schéma d’irradiation ou d’une stratégie thérapeutiques particulières. Dans le futur, on devrait disposer de marqueurs biologiques capables non seulement d’identifier les populations à haut risque de diffusion métastatique (qui permettront de placer le traitement général au premier plan), mais également les patientes dont la tolérance aux radiations ionisantes pourrait compromettre la conduite d’un traitement efficace au plan carcinologique. À l’évidence, le ratio bénéfice/risque basé sur les profils de patientes et la biologie tumorale (et des tissus sains) devraient renforcer les marqueurs traditionnels pour une meilleure prédiction des patientes à haut risque de rechute qui devraient nécessiter une meilleure individualisation du traitement et une séquence thérapeutique adaptée.