John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Incidence et survie des cancers de l’adolescent et de l’adulte jeune en France (1978-1997) Volume 94, numéro 4, Avril 2007

Auteurs
Registre national des tumeurs solides de l’enfant, Université Henri Poincaré Nancy 1, Faculté de Médecine, 9, avenue de la Forêt-de-Haye, BP 184, 54505 Vandœuvre-lès-Nancy Cedex, Service de biostatistique, Hospices Civils de Lyon, Lyon — Département des maladies chroniques et traumatismes, Institut de veille sanitaire, Paris, Registre général du cancer du Tarn, Albi, Registre général du cancer du Bas-Rhin, Strasbourg, Registre général du cancer de l’Hérault, Montpellier, Registre général du cancer du Haut-Rhin, Mulhouse, Registre général du cancer de la Manche, Cherbourg, Registre général du cancer du Calvados (hors digestif), Caen, Registre général du cancer de l’Isère, Grenoble, Registre général du cancer du Doubs, Besançon, Registre général du cancer de la Somme, Amiens, Registre des cancers digestifs du Calvados, Caen, Département d’oncologie pédiatrique, Institut Gustave-Roussy, Villejuif

En France, les cancers chez les 15-24 ans sont rares et représentent la troisième cause de mortalité. L’objectif de notre étude était d’étudier l’incidence et la survie chez les adolescents et les adultes jeunes français atteints de cancer. Tous les cas de cancers survenus chez les 15-24 ans, enregistrés par 9 registres (10 % de la population française), diagnostiqués entre 1978 et 1997, ont été inclus (carcinomes basocellulaires cutanés exclus). Respectivement, 1161 et 1884 cas ont été enregistrés chez les adolescents et les adultes jeunes. Les taux d’incidence étaient de 161,4/10 6 pour les adolescents et de 252,6/10 6 pour les adultes jeunes. Durant la période 1978-1997, aucune variation annuelle de ces taux n’a été décelée tant pour les adolescents (15-19 ans) que pour les adultes jeunes (20-24 ans). Les taux de survie globale à 5 ans étaient de 69,1 % [IC95 % = 66,4-71,8] pour les adolescents et de 74,5 % [IC95 % = 72,3-76,7] pour les adultes jeunes. La survie chez les 15-24 ans s’est améliorée de 62,0 % (IC95 % = 57,5-66,5) durant 1978-1982 à 80,2 % (CI95 % = 77,7-82,8) durant 1993-1997. Comparés aux séries pédiatriques, de faibles résultats ont été obtenus pour les LAL, les LMNH, les sarcomes d’Ewing, les ostéosarcomes, les rhabdomyosarcomes et les astrocytomes. Il serait nécessaire de connaître la cause de ces disparités (différences biologiques ou pratiques de prise en charge différentes).