John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Génétique et angiogenèse : l’exemple de la maladie de von Hippel-Lindau Volume 94, supplément 5, numéro spécial, juillet 2007

Auteurs
Laboratoire de génétique oncologique Ephe, CNRS FRE 2939, Faculté de Médecine Paris-Sud, 94276 Le Kremlin-Bicêtre et Institut de cancérologie Gustave Roussy, 94800 Villejuif, Consultation d’oncogénétique spécialisée, service d’urologie, CHU de Bicêtre, 94275 Le Kremlin-Bicêtre et Service de néphrologie, Hôpital Necker, 75015 Paris, Laboratoire de génétique, hôpital Edouard-Herriot, 69437 Lyon Cedex 03
  • Mots-clés : von Hippel-Lindau, angiogenèse, HIF, cancer du rein, inhibiteur des récepteurs tyrosine-kinase
  • DOI : 10.1684/bdc.2007.0353
  • Page(s) : 170-9
  • Année de parution : 2007

La maladie de von Hippel-Lindau (VHL) est la principale cause de cancer héréditaire et le modèle de l’angiogenèse tumorale. Cette affection rare est due à des mutations germinales du gène suppresseur de tumeur VHL et prédispose au développement de tumeurs bénignes et malignes richement vascularisées. Ses manifestations cliniques majeures comprennent des hémangioblastomes du système nerveux central et de la rétine, des tumeurs du sac endolymphatique, des cancers à cellules claires et des kystes rénaux, des phéochromocytomes, des kystes et des tumeurs endocrines du pancréas. Le gène VHL joue un rôle fondamental dans la réponse tissulaire à l’hypoxie en ciblant le facteur de transcription HIF pour sa dégradation dans le protéasome. Des altérations acquises de ce gène sont également à l’origine de la majorité des cancers du rein à cellules claires sporadiques. Ces découvertes majeures ont ouvert la voie au développement des thérapeutiques anti-angiogéniques ciblées qui donnent déjà des résultats très prometteurs dans le traitement du cancer rénal sporadique.