John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Facteurs pronostiques et prédictifs du cancer de la prostate Volume 96, numéro 4, avril 2009

Auteurs
Institut Gustave-Roussy, 39 bis, rue Camille-Desmoulins, 94800 Villejuif, France
  • Mots-clés : cancer de la prostate, facteurs pronostiques, facteurs prédictifs, angiogenèse, cellules tumorales circulantes
  • DOI : 10.1684/bdc.2009.0846
  • Page(s) : 439-49
  • Année de parution : 2009

Le cancer de la prostate représente par son incidence un enjeu de santé publique majeur et une part importante de la pratique en oncologie clinique. Comme pour les autres modèles tumoraux, la stratégie thérapeutique est guidée par l’identification de facteurs pronostiques. Pour un cancer de prostate de stade localisé, trois facteurs préthérapeutiques sont validés et couramment utilisés : l’évaluation du stade clinique TNM, le score de Gleason mesuré sur les biopsies prostatiques et le taux sérique d’antigène spécifique prostatique (PSA). Leur combinaison est à la base de multiples classifications pronostiques et a permis l’élaboration de modèles statistiques tels que les nomogrammes. Ces outils sont utilisables pour évaluer le risque d’atteinte ganglionnaire ou osseuse (et permettent donc de définir s’il y a lieu de réaliser un bilan iconographique avant traitement ou non) et permettent de poser l’indication d’un traitement systémique par hormonothérapie en plus du traitement local par radiothérapie, si le patient a des critères de haut risque de rechute. L’intégration dans les modèles pronostiques d’un quatrième critère, la cinétique d’élévation du PSA avant traitement, est en cours. Pour les patients en rechute biologique isolée, le score de Gleason, le temps de doublement du PSA, le délai entre la rechute et le traitement local sont des facteurs pronostiques. Enfin, la mise en évidence de biomarqueurs moléculaires par les techniques de tissue-micro-array, l’analyse des marqueurs biologiques de l’angiogenèse comme l’analyse des cellules tumorales circulantes pourraient contribuer à mieux définir les facteurs pronostiques et prédictifs du cancer de la prostate en situation localisée et en rechute.