John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Facteurs pronostiques et prédictifs des cancers des voies aérodigestives supérieures Volume 96, numéro 4, avril 2009

Auteurs
Service d’oncologie-radiothérapie, hôpital Tenon, Assistance publique des Hôpitaux de Paris, Cancerest, GHU Est, université Paris-VI, Paris, France, Service d’anatomie pathologique, Assistance publique des Hôpitaux de Paris, GHU Est, université Paris-VI, Paris, France, Service d’ORL et de chirurgie cervico-faciale, hôpital Tenon, Assistance publique des Hôpitaux de Paris, GHU Est, université Paris-VI, Paris, France
  • Mots-clés : cancers des voies aérodigestives supérieures, carcinome épidermoïde, anémie, p53, EGFR, HPV
  • DOI : 10.1684/bdc.2009.0777
  • Page(s) : 369-78
  • Année de parution : 2009

Les cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS) représentent par ordre de fréquence la quatrième cause de décès par cancer chez les hommes en France. Le terme de cancers des VADS rend très mal compte de la grande diversité diagnostique, histologique, thérapeutique et pronostique des différentes localisations de ces cancers. Pour chacune de ces tumeurs, il est par conséquent nécessaire de définir des éléments pronostiques et prédictifs capables d’orienter la prise en charge thérapeutique. Les caractéristiques cliniques ayant une valeur pronostique sont la localisation tumorale, la taille tumorale et le statut ganglionnaire. Le degré de différentiation est le facteur histologique le plus important. Plus récemment, l’identification de facteurs moléculaires a ouvert de nouvelles perspectives thérapeutiques. Ainsi, la surexpression de l’EGFR est associée à un mauvais pronostic. Son inhibition permet d’améliorer la survie des patients. Les mutations de p53, l’amplification de l’oncogène cycline D1 et la néoangiogenèse tumorale pourraient devenir prochainement les cibles de nouveaux traitements. Les tumeurs associées à une infection par human papilloma virus (HPV) se distinguent par un meilleur pronostic. La tomographie à émission de positrons au 18-alpha-FDG est un outil prometteur pour l’évaluation thérapeutique. Les progrès des techniques d’exérèse chirurgicale, le développement de la chimiothérapie néoadjuvante ou concomitante à la radiothérapie et les nouvelles techniques d’irradiation conformationnelle entraînent une amélioration du contrôle locorégional.