John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Facteurs pronostiques des cholangiocarcinomes : apport des données récentes de biologie moléculaire Volume 96, numéro 4, avril 2009

Auteurs
Service d’oncologie médicale, hôpital Beaujon, 100, boulevard du Général-Leclerc, 92118 Clichy cedex, France, Service d’anatomopathologie, hôpital Beaujon, 100, boulevard du Général-Leclerc, 92118 Clichy cedex, France, Service d’hépatologie, hôpital Beaujon, 100, boulevard du Général-Leclerc, 92118 Clichy cedex, France, Service de chirurgie digestive, hôpital Beaujon, 100, boulevard du Général-Leclerc, 92118 Clichy cedex, France
  • Mots-clés : cholangiocarcinome, marqueurs pronostiques, marqueurs moléculaires, biomarqueurs, biologie moléculaire
  • DOI : 10.1684/bdc.2008.0780
  • Page(s) : 405-15
  • Année de parution : 2009

Le cholangiocarcinome représente le deuxième cancer hépatobiliaire le plus fréquent. La résection chirurgicale est la seule option potentiellement curative ; cependant, peu de patients sont éligibles pour la chirurgie. Le pronostic des patients reste médiocre malgré les avancées dans la compréhension des mécanismes impliqués dans la carcinogenèse. Cette revue a pour objectif d’évaluer l’intérêt des facteurs anatomocliniques et des marqueurs moléculaires permettant de prédire le pronostic des patients. Parmi les facteurs anatomocliniques, les facteurs pronostiques les plus fréquemment retrouvés sont la taille de la tumeur, l’envahissement ganglionnaire, la résécabilité et l’envahissement des marges chirurgicales. Parmi les biomarqueurs moléculaires étudiés, certains d’entre eux, comme mdm2, p27, les métalloprotéinases matricielles et les récepteurs de la vitamine D pourraient avoir une valeur pronostique. L’arrivée des outils d’« omics » offre la possibilité d’évaluer différents marqueurs simultanément. En se basant sur la génomique fonctionnelle, la « signature protéine/gène » pourrait ouvrir la voie au développement de facteurs prédictifs de survie valides et reproductibles.