John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Evaluation préclinique de l'activité antitumorale des inhibiteurs de l'aromatase Volume 87, numéro spécial 12, Numéro spécial, Décembre 2000

Auteurs
Oncodesign Biotechnology, Parc technologique de la Toison-d'Or, 28, rue de Broglie, 21000 Dijon.
  • Mots-clés : aromatase, estrogène.
  • Page(s) : 7-22
  • Année de parution : 2000

L'aromatase est un complexe enzymatique responsable de la synthèse des estrogènes, hormones essentielles dans la physiologie du développement et de la reproduction, mais également impliquées dans les pathologies cancéreuses estrogéno-dépendantes. L'aromatase est présente à l'intérieur ou en périphérie des tumeurs, notamment dans 60 à 70 % des cancers du sein, et peut donc jouer un rôle direct important dans leur croissance chez la femme ménopausée. Son inhibition est donc une stratégie thérapeutique intéressante dans ce type de cancer. Afin de déterminer l'activité préclinique de telles molécules, des modèles animaux ont été développés, tels que le rat porteur de tumeur mammaire induite par le 7,12-diméthylbenz[a]anthracène, le rat immature hyperstimulé par les hormones gonadotropes sériques de jument gestante (PMSG), ou encore le modèle de souris nude xénogreffée avec une lignée tumorale mammaire humaine comme MCF-7 transfectée avec le gène de l'aromatase. Nous nous sommes intéressés aux résultats précliniques obtenus avec les deux grandes classes d'inhibiteurs : les molécules stéroïdiennes et non stéroïdiennes. La première famille est constituée d'analogues du substrat androstènedione, comme le formestane ou l'exemestane, présentant l'intérêt d'être des inhibiteurs irréversibles, ce qui peut limiter la fréquence de l'administration de ces produits. La seconde classe, constituée d'inhibiteurs réversibles, tels que le létrozole ou l'anastrozole, présente une affinité importante pour l'aromatase. Enfin, la connaissance du site actif de l'aromatase humaine par des expériences de mutagenèse dirigée et de modélisation moléculaire semble être un nouvel élément clé dans le développement de nouvelles familles d'inhibiteurs plus spécifiques et puissants.