John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

État des lieux sur les carcinomes basaloïdes ORL Volume 96, numéro 10, octobre 2009

Auteurs
Département d’oncologie-radiothérapie, Centre Antoine-Lacassagne, Université Nice - Sophia-Antipolis, IBDC CNRS UMR 6543, 33, avenue Valombrose, 06189 Nice Cedex 2, MD, PhD. Département d’anatomopathologie. Hôpital Européen Georges-Pompidou, 20-40 rue Leblanc, 75015 Paris, MD, Département d’anatomopathologie, University Medical Center of Grenoble, 38043 Grenoble Cedex 09, MD, Service d’ORL et chirurgie cervico-faciale, CHU Pellegrin, Bordeaux, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux Cedex, MD, Département d’anatomopathologie. CHU Pasteur, Inserm ERI-21/EA4319/Tumorothèque, CHU Nice UNSA BP 69, 06002 Nice Cedex 1, MD, Service d’ORL et chirurgie cervico-faciale, Centre Antoine-Lacassagne, Institut universitaire de la face et du cou, BP 69, 06002 Nice cedex 1, Service d’ORL et chirurgie cervico-faciale, Centre Antoine-Lacassagne, 33, avenue Valombrose, 06189 Nice Cedex 2, MD, Département de radiothérapie, Centre Georges-François-Leclerc, 1, rue du Professeur-Marion, 21079 Dijon Cedex, MD, PhD. Département d’oncologie, CHU Bichat-Beaujon (SIHC), Hôpital Beaujon, 100 boulevard du Général-Leclerc, 92118 Clichy, MD, PhD, Département d’anatomopathologie, Institut Curie, rue d’Ulm, Paris, MD, Service d’ORL et chirurgie cervico-faciale, CHU Tenon, rue de la Chine, 75020 Paris, MD, PhD, Clinique ORL, Pôle tête et cou et chirurgie réparatrice, Centre Médico-Universitaire de Grenoble, Inserm UJF/U823, Institut de recherche Albert-Bonniot, 38043 Grenoble Cedex 09
  • Mots-clés : carcinomes épidermoïdes basaloïdes, variant, invasivité, virus papilloma humain, pronostic, radiosensibilité, métastase, contrôle locorégional
  • DOI : 10.1684/bdc.2009.0954
  • Page(s) : 989-1004
  • Année de parution : 2009

Les carcinomes basaloïdes (BSCC) sont une variante rare (> 2 % ; en augmentation) des cancers épidermoïdes des voies aérodigestives supérieures. Les critères morphologiques, décrits par Wain en 1986 et repris par l’OMS en 2005, l’immunohistochimie anti-34BE12, l’absence de marqueurs neuroendocrines orientent le diagnostic de BSCC. Les BSCC sont habituellement considérés comme des carcinomes agressifs de pronostic plus péjoratif que les carcinomes épidermoïdes conventionnels. Deux études cas contrôle récentes ont montré une plus grande propension aux métastases à distance avec des taux de métastases de 15-40 %. En revanche, les BSCC ont un contrôle locorégional au moins égal et une relative bonne radiosensibilité. Les indications de chimiothérapie, en néoadjuvant, concomitant ou en adjuvant, pour prendre en compte le risque métastatique sont probablement plus larges que pour les SCC. Compte tenu des taux de métastases, le bilan lors du suivi doit comporter au moins un scanner thoraco-abdominal ou une TEP/6 mois. Des études translationnelles dans le cadre d’études prospectives et utilisant les tumorothèques seront utiles aussi bien pour identifier les marqueurs suffisamment spécifiques au diagnostic que pour préciser les corrélations avec le papilloma virus humain en fonction du site tumoral et les mécanismes de l’invasivité des BSCC. Compte tenu de ses spécificités, le sous-type histologique basaloïde des carcinomes épidermoïdes doit être en compte dans la décision thérapeutique.