John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Association de radiothérapie et de chimiothérapie. Thérapie ciblée préopératoire dans le cancer du rectum non métastatique Volume 96, numéro 3, mars 2009

Auteurs
Centre Antoine-Lacassagne, 33, avenue Valombrose, 06189 Nice, France, Institut Gustave-Roussy, 39, rue Camille-Desmoulins, 94805 Villejuif, France, Medicine Faculty, 21511 Alexandrie, Égypte, Centre hospitalier universitaire Lyon-Sud, 165, chemin du Grand-Revoyet, 69310 Pierre-Bénite, France
  • Mots-clés : radiothérapie préopératoire, exérèse locale, chimioradiothérapie, cancer du rectum, radiothérapie de contact
  • DOI : 10.1684/bdc.2009.0838
  • Page(s) : 321-8
  • Année de parution : 2009

La chimioradiothérapie préopératoire est considérée actuellement comme le traitement standard de la majorité des cancers du rectum T3-4. En France, le protocole associant une radiothérapie externe de 45 Gy/5 semaines à de la capécitabine (1 600 mg/m 2) est le plus utilisé bien que non validé par un essai de phase III. Les essais randomisés en cours tendent d’optimiser cette approche en associant d’autres antimitotiques et en augmentant la dose d’irradiation. L’utilisation de biothérapie ciblée (anti-REGF ou anti-angionénique) est l’objet de plusieurs études, notamment en recherchant la mutation K-ras pour sélectionner les traitements. Pour les cancers T2 ou « petits T3 », une chimioradiothérapie première apparaît intéressante pour proposer ensuite une exérèse locale chez les bons répondeurs. Chez les personnes très fragiles et âgées, on s’oriente progressivement vers une radiothérapie exclusive pour éviter les complications parfois mortelles d’une chirurgie lourde. La grande variété clinique des cancers du rectum justifie une thérapeutique de plus en plus individualisée.