John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Amélioration de la survie après cancer du sein : analyse d’une cohorte de 5 722 patientes traitées de 1975 à 2003 dans un centre de lutte contre le cancer Volume 93, numéro 4, Avril 2006

Auteurs
Département d’oncologie génétique, prévention et dépistage, UMR Inserm 599, institut Paoli-Calmettes, Département d’information médicale et biostatistique, institut Paoli-Calmettes, Bureau d’études cliniques, institut Paoli-Calmettes, Département d’oncologie médicale, Institut Paoli-Calmettes, 232, boulevard Sainte-Marguerite, 13273 Marseille cedex 09, Faculté de médecine, université de la Méditerranée, Marseille
  • Mots-clés : cancer du sein, cohorte, survie, analyse de période
  • Page(s) : 391-9
  • Année de parution : 2006

Afin d’évaluer les progrès réalisés dans la prise en charge du cancer du sein, entre 1975 et 2003, nous avons constitué une cohorte de 5722 femmes atteintes de cancer du sein invasif non métastatique. Un suivi actif, complété par les données des bases Insee, a été réalisé. Les taux de survie ont été décrits par une analyse personne-temps et par une analyse de période, méthode appliquée à la cancérologie par Brenner. La survie relative à celle de la population générale est également présentée. Le pourcentage de formes avancées au diagnostic a diminué de 70,7 à 45,5 % entre 1975 et 2003. L’analyse personne-temps montre une diminution du taux de décès de 48,8 % sur 30 ans. La survie actuarielle à 10 ans varie de 50 % (IC95% = 45-55), pour les femmes diagnostiquées en 1975-1979, à 66 % (IC95% = 63-69) pour 1990-1994. Pour 2000-2003, la survie à 10 ans est estimée par l’analyse de période à 68 % (IC95% = 64-72). La survie relative globale est de 76 % (IC95% = 71-80) à 10 ans. Après ajustement sur les facteurs pronostiques connus, l’amélioration des taux de survie en fonction de la période de diagnostic est significative (p < 0,0001). L’amélioration de la survie observée confirme « dans la vraie vie » les données des essais cliniques.