John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Actualités en radiothérapie Volume 86, numéro 1, Janvier 1999

Auteur
Département de radiothérapie oncologique, Institut Claudius-Regaud, 20-24, rue du Pont-Saint-Pierre, 31052 Toulouse Cedex, et Université de Toulouse III.
  • Page(s) : 71-6
  • Année de parution : 1999

La présentation de ce qui fait l'actualité d'une discipline oblige à un choix subjectif dont la pertinence ne peut être vérifiée qu'à l'épreuve du temps. Il est en outre malaisé de distinguer immédiatement ce qui relève de l'avancée consistante de ce qui n'est en fait qu'une information hâtive concernant des résultats préliminaires comme cela est parfois le cas dans certaines disciplines y compris cancérologiques. Fort heureusement, le rythme évolutif de la radiothérapie est sensiblement plus lent que celui d'autres disciplines sœurs, ce qui facilite la tâche quand on cherche à dégager les tendances actuelles présentant une chance raisonnable d'être confirmées par la suite. Ces précautions prises, plusieurs thèmes se dégagent aujourd'hui des évolutions de la radiothérapie oncologique : les moyens prédictifs de la sensibilité des tissus aux rayonnements, les tentatives d'augmentation de l'effet différentiel tumeur-tissus sains par fractionnements dits « altérés » ou associations radiochimiothérapiques, les sophistications de la balistique d'irradiation connues sous le nom générique de « radiothérapie conformationnelle » avec son corollaire logique l'« escalade de dose », enfin le retour des indications d'irradiation pour affections « bénignes », fruit des évolutions précédentes mais aussi des limites des autres voies de traitement. Au-delà de ces aspects immédiatement cliniques, l'actualité de la radiothérapie est également occupée par des sujets plus généraux comme l'évolution des textes tendant à une normalisation des traitements, telle celle du rapport n° 50 de l'Icru, ou des systèmes d'enregistrement des effets secondaires, mais aussi par celui de la formation des radiothérapeutes tant sur le plan quantitatif que sur le plan qualitatif, sans oublier les problèmes liés au coût réel des actes radiothérapiques et à leur prise en compte par les organismes tiers assurant leur remboursement.