John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Sérologie de la toxoplasmose chez la femme enceinte : caractéristiques et pièges Volume 67, numéro 2, mars-avril 2009

Auteurs
Pôle de biologie, Laboratoire de parasitologie, Hôpital Nord, CHU de Saint-Étienne, Groupe Immunité des Muqueuses et Agents Pathogènes (GIMAP), Faculté de médecine Jacques Lisfranc, Saint-Étienne, Pôle Mère-Enfant, Hôpital Nord, CHU de Saint-Étienne

Le programme de dépistage de la toxoplasmose congénitale repose principalement sur le screening sérologique des femmes enceintes séronégatives en début de grossesse et de leur suivi. Ce programme est particulièrement efficace puisque la majorité des cas de séroconversion obstétricale est diagnostiquée et secondairement suivie. Les techniques sérologiques évoluent et sont particulièrement nombreuses sur le marché. Les tests « IgG » sont de plus en plus spécifiques, parfois au détriment de leur sensibilité. Celle-ci est variable d’une technique à l’autre. En 2008, malgré la présence d’un étalon international, les titrages sont particulièrement variables rendant l’interprétation cinétique impossible entre 2 sérologies effectuées dans 2 séries, 2 techniques ou 2 laboratoires différents. En cas de discordance d’interprétation ou de valeur limite, il est particulièrement intéressant d’effectuer une technique de confirmation. Le dye test ou le western blot sont utiles dans ces cas et permettent d’éviter jusqu’à 2 à 8 % de suivis obstétricaux inutiles. Les tests IgM tendent à devenir de plus en plus sensibles et précoces. Ceux-ci mettent en évidence fréquemment des « IgM non spécifiques » ainsi que des « IgM résiduelles » (associées à un titre en IgG positif et stable). Dans ces cas, et en l’absence d’antériorité, une investigation complémentaire effectuée par un laboratoire spécialisé (ISAgA IgM ou IgA, technique d’avidité des IgG, agglutination différentielle…) est indispensable afin d’éviter toute erreur d’interprétation. Ces examens complémentaires ainsi que l’évolution sérologique (contrôle à 15 jours) permettent dans un grand nombre de cas, de rassurer totalement la patiente.