John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Revues systématiques et méta-analyses en biologie clinique : principes et méthodes Volume 62, numéro 6, Novembre-Décembre 2004

Auteur
Laboratoire de biologie polyvalente, Hôpital général, Rodez
  • Mots-clés : revue systématique, méta-analyse, biologie clinique fondée sur des niveaux de preuves
  • Page(s) : 611-27
  • Année de parution : 2004

Fond du problème. Les revues systématiques et les méta-analyses aident à fonder les pratiques professionnelles sur des preuves scientifiques aussi objectives que possible, et constituent donc la base de la pratique de la médecine factuelle, dite « fondée sur des niveaux de preuve » (evidence-based medicine). Dans le domaine diagnostique et notamment en biologie clinique, les revues systématiques, et a fortiori les méta-analyses, sont moins nombreuses et souvent de moindre qualité que dans d’autres domaines de la médecine. But. Résumer les principes et les méthodes qui peuvent être conseillées pour réaliser des revues systématiques de qualité en biologie clinique. Méthodes. Une revue générale de la littérature et des discussions avec les membres du comité de biologie clinique fondée sur des niveaux de preuve (evidence-based laboratory medicine) de la Fédération internationale de biologie clinique, notamment au cours de nos trois dernières réunions, nous ont permis d’adapter au domaine diagnostique, et plus particulièrement à la biologie clinique, les méthodes actuellement préconisées pour réaliser des revues systématiques de qualité dans d’autres domaines de la médecine. Résultats. La réalisation d’une revue systématique peut être divisée en six étapes : 1) préparation : formulation de la question ; 2) recherche systématique de la littérature ; 3) sélection des études primaires ; 4) appréciation-évaluation critique de la qualité des études sélectionnées ; 5) extraction et synthèse des données ; 6) interprétation. Les principales différences entre les revues systématiques d’interventions diagnostiques et celles concernant des interventions thérapeutiques portent sur la formulation des questions, le choix des types d’études primaires à inclure ou à exclure, l’évaluation de la qualité des études et les méthodes statistiques pour en combiner les résultats. Les références citées aideront les lecteurs intéressés à approfondir par eux-mêmes les points les plus techniques ou les plus controversés. Conclusion. Pour améliorer la qualité des soins et les rapports bénéfices/risques et bénéfices/coûts des pratiques professionnelles, toute recommandation de bonne pratique devrait être fondée sur une revue systématique. En outre, de telles revues aident à mieux identifier les lacunes de la recherche biomédicale et peuvent améliorer le sens critique et la formation initiale ou continue des professionnels. On peut donc raisonnablement espérer que la multiplication des revues systématiques en biologie clinique, à laquelle nous assistons actuellement, favorisera la diffusion des techniques diagnostiques dont l’efficacité et l’efficience sont les mieux prouvées, au détriment des autres.