John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Recommandations pour l‘harmonisation des techniques de dosage sérique d‘hormone de croissance Volume 62, numéro 2, Mars-Avril 2004

Auteurs
CHU de Grenoble Hôpital Robert Debré, Paris CHU de Nancy Hôpital St Vincent de Paul, Paris Hôpital Armand Trousseau, Paris CHU de Rennes CHU de Toulouse Laboratoire Marcel Mérieux, Lyon Hôpital Necker‐enfants malades, Paris jean‐claude.souberbiellenck.ap‐hop‐paris.fr
  • Mots-clés : hormone de croissance, isoforme, immunoanalyse, standard international, effet de matrice
  • Page(s) : 155-63
  • Année de parution : 2004

Le diagnostic de déficit en hormone de croissance (GH) repose sur la réponse de la GH lors de tests de stimulations pharmacologiques. La valeur seuil définissant la normalité est identique quelle que soit la technique de dosage utilisée. Dans le cadre d‘un groupe de la SFBC, nous avons voulu évaluer s‘il existait des différences entre les concentrations obtenues avec les 9 techniques de dosage de la GH disponibles en France. Dans ce but, nous avons préparé 72 pools sériques, ainsi que des dilutions en série du standard international IS 98\574 constitué de GH 22 kDa recombinante. Ces dilutions ont été effectuées dans 3 diluants différents : le diluant préconisé par le fabricant (et donc différent pour chaque technique de dosage), du sérum sans GH et du plasma hépariné sans GH. Malgré un étalonnage par rapport au même standard international, les conversions µg ↔ mUI sont souvent différentes d‘une trousse à une autre et nous avons décidé d‘exprimer nos résultats en mUI\L. Les concentrations de GH obtenues pour ces 72 pools avec les 9 techniques de dosage sont très étroitement corrélées avec très peu de dispersion autour de la droite de régression et cela quel que soit le couple de techniques comparées. Toutefois, les valeurs absolues obtenues sont très différentes d‘une technique à une autre avec en particulier un facteur de l‘ordre de 2 entre les valeurs obtenues avec la technique donnant les concentrations les plus faibles et celle donnant les concentrations les plus élevées. Dans le cadre des épreuves de récupération du standard international, l‘analyse des droites de régression entre les concentrations théoriques et les concentrations mesurées montre que pour toutes les techniques sauf une, la pente est différente de 1 et que, suivant le diluant utilisé, la concentration mesurée peut varier très significativement pour une même concentration théorique. Ces résultats nous ont conduit à recommander aux industriels d‘effectuer une nouvelle calibration de leurs trousses par rapport au standard international 98\574 en tenant compte de l‘effet de matrice que nous avons mis en évidence et en utilisant le facteur de conversion officiel de 3 mUI\µg. En attendant que cela soit effectif, il est indispensable que les résultats soient exprimés en mUI\L et que les dosages soient effectués exclusivement sur des échantillons sériques.