John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Les onychomycoses au Maroc Volume 63, numéro 6, Novembre - Décembre 2005

Auteurs
Laboratoire de parasitologie et mycologie médicale, Hôpital d’Enfants, Rabat, Maroc

Une étude rétrospective est menée à propos des onychomycoses diagnostiquées au laboratoire de parasitologie et de mycologie médicale (Hôpital d’enfants de Rabat, Maroc) sur une période de 22 ans entre 1982 et 2003. Sur 17 177 patients prélevés, 4 940 ont présenté une onychomycose. Les dermatophytes représentent 61,46 % des champignons isolés en cas d’onychomycoses, les levures à Candida albicans sont responsables de 25,5 % des cas, les moisissures sont responsables de 1,53 % des onychomycoses et 12 % des cas où l’identification de l’espèce du champignon incriminé n’a pu être déterminée, malgré un examen direct positif dans 7 % des cas et à plus forte raison, lorsque l’examen direct et la culture sont négatifs, malgré un indice de soupçon clinique élevé. Trichophyton rubrum est le dermatophyte le plus fréquemment rencontré (83,6 %), suivi de Trichophyton violaceum, notamment la variété glabrum (9 %) et de Trichophyton mentagrophytes avec dominance de la variété interdigitale (6,9 %). Candida albicans est la levure la plus isolée. Les moisissures sont représentées par Fusarium spp. (47 %), suivi de Scopulariopsis brevicaulis (16 %) et Aspergillus spp. (12 %). Les dermatophytes et les moisissures infectent préférentiellement les pieds, alors que les levures touchent essentiellement les mains.