John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

Le bilan lipidique en 2017 Volume 75, numéro 6, Novembre-Décembre 2017

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Service de biochimie, Hôpital Armand Trousseau, AP-HP, Paris, France
2 Service de biochimie métabolique, Hôpitaux universitaires Pitié-Salpêtrière-Charles-Foix, AP-HP, Paris, France
3 Service de biochimie, Hôpital européen Georges Pompidou, AP-HP, Paris, France
4 Service de biochimie, Hôpital de Bicêtre, AP-HP, Le Kremlin-Bicêtre, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : bilan lipidique, cholestérol, triglycérides, risque cardio-vasculaire, recommandation
  • DOI : 10.1684/abc.2017.1303
  • Page(s) : 646-52
  • Année de parution : 2017

Les études épidémiologiques et d’intervention ont démontré le rôle des dyslipidémies comme facteur causal de l’athérosclérose, responsable des maladies cardio-vasculaires ischémiques, l’une des premières causes de morbi-mortalité dans le monde. La réalisation d’un bilan lipidique (cholestérol total, HDL-cholestérol, LDL-cholestérol, triglycérides) est recommandée pour évaluer le risque cardio-vasculaire. Le résultat doit être rendu accompagné d’un commentaire du biologiste médical à l’intention du prescripteur et du patient. La Haute Autorité de Santé (HAS) recommande d’estimer le risque cardio-vasculaire grâce à l’algorithme SCORE (systematic coronary risk estimation) pour établir les stratégies et les objectifs thérapeutiques de LDL-cholestérol. Il semble important d’intégrer plus clairement les objectifs thérapeutiques dans les comptes-rendus de bilans lipidiques pour une meilleure évaluation de l’efficacité du traitement et de la compliance du patient par des bilans lipidiques réguliers.