JLE

Annales de Biologie Clinique

MENU

La pro-insuline : physiologie, dosage et intérêt en biologie clinique Volume 81, numéro 5, Septembre-Octobre 2023

Illustrations


  • Figure 1.

  • Figure 2.

  • Figure 3.

  • Figure 4.

Tableaux

Auteurs
1 UF d’Hormonologie, CHU Cochin, AP-HP, 27 rue du Faubourg Saint-Jacques, 75679 Paris cedex 14, France
2 Service de Diabétologie, CHU Cochin, AP-HP, 27 rue du Faubourg Saint-Jacques, 75679 Paris cedex 14, France
* Correspondance : M.C. Leguy

La pro-insuline résulte du clivage de la pré-pro-insuline, ­synthétisée par les cellules β pancréatiques. Son clivage permet la libération d’insuline, hormone clé de la régulation de la glycémie, et de peptide C en quantités équimolaires. Au cours d’une épreuve de jeûne, le diagnostic d’insulinome repose sur des taux d’insuline et peptide C élevés en regard d’une hypoglycémie, le dosage de pro-insuline pouvant être utile si discordance. Dans le diabète, le stress du réticulum endoplasmique et l’inflammation des cellules β, mènent à la sécrétion de molécules de pro-insuline mal repliées. Dans le diabète de type 2, le ratio pro-insuline/insuline augmenterait avec le degré d’insulino-résistance. Dans le diabète de type 1, le ratio pro-insuline/peptide C est prédictif du risque de survenue du diabète chez les apparentés. Dans notre pratique, le dosage de la pro-insuline par technique Elisa (Millipore®) lors d’une épreuve de jeûne peut compléter ceux de l’insuline et du peptide C pour étiqueter l’étiologie d’une hypoglycémie. En cas d’intolérance au glucose et diabète, les dosages de la pro-insuline basale et après stimulation peuvent être proposés.