John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Hétérogénéité tumorale des cancers du sein Volume 74, numéro 6, Novembre-Décembre 2016

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
Auteurs
1 Service d’oncologie chirurgicale, Centre René Huguenin-Institut Curie, Saint-Cloud, France
2 Équipe d’accueil 7285, Risques cliniques et sécurité en santé des femmes et en santé, périnatale, Université de Versailles-Saint- Quentin-en-Yvelines, Montigny-le-Bretonneux, France
3 Service de pathologie, Centre René Huguenin-Institut Curie, Saint-Cloud, France
4 Service de pathologie, Institut Curie, Paris, France
5 Service d’oncologie médicale, Centre René Huguenin-Institut Curie, Saint-Cloud, France
* Tirés à part

L’objectif de cette revue de la littérature est de décrire les types d’hétérogénéité tumorale dans le cancer du sein et leur implication clinique potentielle. On décrit actuellement deux types d’hétérogénéité tumorale : intertumorale et intratumorale. Dans le cancer du sein, l’hétérogénéité inter-tumorale a été mieux caractérisée dans les années 2000 grâce aux analyses d’expression haut débit. Ces analyses ont abouti à une classification moléculaire des cancers du sein distinguant 4 sous-types : Luminal A et B, HER 2+, et basal like. Cette variabilité peut s’observer également entre la tumeur primitive et ses métastases, c’est l’hétérogénéité intratumorale temporelle. En moyenne la discordance entre les récepteurs à la progestérone, aux œstrogènes, et entre le statut HER2 semble être respectivement de 33 %, 20 %, et 8 %. Il est alors intéressant d’étudier l’hétérogénéité au sein même de la tumeur primitive, il s’agit de l’hétérogénéité intratumorale spatiale qui est pour le moment moins bien connue. La physiopathologie de l’hétérogénéité intratumorale n’est pas encore claire, cependant les études sur les cellules souches cancéreuses et sur les modèles d’évolution clonale semblent pouvoir contribuer à la compréhension des mécanismes à l’origine de cette hétérogénéité. De plus, le microenvironnement tumoral semble contribuer activement à cette hétérogénéité. Ainsi, l’intérêt d’étudier cette hétérogénéité est la réelle application clinique qui pourrait en découler. Alors que se développe une médecine de précision, il est important de s’approprier l’hétérogénéité spécifique de chaque tumeur. Ces nouvelles connaissances biologiques nous permettront d’anticiper cette hétérogénéité et personnaliser la prise en charge des cancers du sein.