JLE

Annales de Biologie Clinique

MENU

Évaluation de la morphologie érythrocytaire avec le RBC Advanced : Quels seuils pour quelles anomalies ? Volume 81, numéro 5, Septembre-Octobre 2023

Illustrations


  • Figure 1.

  • Figure 2.

Tableaux

Auteurs
1 Laboratory of Haematology, Université Catholique de Louvain, 10 avenue de Hippocrate, Bruxelles 1200, Belgique
2 Laboratoire d’hématologie, CHU UCL Namur, Université Catholique de Louvain, Belgique
* Correspondance : R. Bennis

La reconnaissance des anomalies morphologiques érythrocytaires est un élément clé et parfois méconnu, pouvant orienter le diagnostic étiologique des anémies. Le but de cet article est d’évaluer la performance clinique des différents seuils de détection étudiés par notre laboratoire à l’aide du module CellaVision® RBC Advanced, après reclassification manuelle par des opérateurs expérimentés, en les comparant aux recommandations émises par l’ICSH (International Council for Standardization in Haematology). Nous avons établi arbitrairement des seuils à 1 % pour les anomalies « critiques » (dacryocytes, cellules cibles, schizocytes et sphérocytes) sauf pour les drépanocytes (seuil fixé à 0,01 %). Nos données montrent une excellente sensibilité de 100 % pour les cut-offs définis par l’étude pour les dacryocytes et les drépanocytes, mais une faible spécificité pour la détection des pathologies cliniques associées en comparaison avec les seuils de l’ICSH, allant de 4 % pour les dacryocytes (détection de myélofibrose), 26 % pour les cellules cibles (détection de carence martiale), jusqu’à 55 % pour les schizocytes (présence d’anémie hémolytique). Nos résultats montrent une meilleure spécificité des seuils établis par l’ICSH comparativement aux seuils étudiés pour la détection des pathologies d’intérêt, suggérant une meilleure pertinence clinique des résultats rendus.