John Libbey Eurotext

Psychologie & NeuroPsychiatrie du vieillissement

MENU

DEX et évaluation des fonctions exécutives dans les activités de la vie quotidienne dans la maladie d'Alzheimer et la démence frontotemporale Volume 8, numéro 3, septembre 2010

Auteurs
Laboratoire Santé-Vieillissement, Université Versailles Saint Quentin, Hôpital Sainte Périne, Paris, Université Pierre et Marie Curie, Paris-VI, Fédération de neurologie, Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris, Département de pharmacologie, Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris
  • Mots-clés : DEX, activités de la vie quotidienne, maladie d'Alzheimer, démence frontotemporale, sclérose latérale amyotrophique, anosognosie
  • DOI : 10.1684/pnv.2010.0220
  • Page(s) : 215-27
  • Année de parution : 2010

Le DEX est un questionnaire élaboré par Wilson et al. en 1996 pour évaluer le dysfonctionnement des fonctions exécutives (FE) dans les activités de la vie quotidienne (AVQ).ObjectifL'objectif de cette étude était d'examiner si le DEX était un outil permettant l'évaluation des FE dans les AVQ et s'il pouvait contribuer à la distinction entre la maladie d'Alzheimer (MA) et la démence frontotemporale (DFT).SujetsL'étude a porté sur 13 patients présentant la variante frontale de DFT, 19 patients une DFT associée à une sclérose latérale amyotrophique, DFT/SLA, 18 patients une MA, et 24 sujets contrôles.MéthodesLes scores obtenus au DEX et à deux échelles d'évaluation des AVQ (CDS, NADL) ont été comparés à une évaluation neuropsychologique des FE (BADS, Wisconsin, Stroop C, Trail Making B, fluences verbales, similitudes). L'étude a été complétée par une analyse qualitative des items du DEX les plus fréquemment perturbés et par l'évaluation du degré de conscience des troubles en comparant les scores au DEX rempli par le sujet et par un proche.RésultatsChez les patients, les corrélations des scores au DEX avec les évaluations neuropsychologiques ne différaient pas de celles obtenues avec les autres échelles d'AVQ (pas de corrélation avec la BADS, faibles corrélations avec quelques évaluations). L'analyse qualitative des items du DEX ne montrait pas un profil clairement en faveur d'une perturbation des FE. Aucune différence dans les scores du DEX et des échelles d'AVQ n'a été mise en évidence entre les patients DFT et MA ni dans le profil des items les plus perturbés ni dans le degré de méconnaissance des troubles.ConclusionDans cette étude, le DEX n'a montré aucune spécificité pour l'évaluation d'un dysfonctionnement exécutif dans la vie quotidienne par rapport aux autres échelles d'AVQ. Il était principalement lié aux difficultés cognitives globales (scores à la CDS et à la MDRS). L'utilisation du DEX, comme celle des autres échelles d'évaluation des AVQ, ne contribue pas à la distinction entre DFT et MA.