John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Pédiatrie

MENU

Dysménorrhée et ménorragies des adolescentes Article à paraître

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteur
Hôpital Necker-Enfants Malades, Service d’endocrinologie-diabétologie et gynécologie pédiatrique, Centre de référence de pathologies gynécologiques rares, 149 rue de Sèvres, 75743 Paris Cedex 15
* Tirés à part
  • Mots-clés : dysménorrhée primaire, endométriose, ménorragies, troubles de l’hémostase, adolescente
  • DOI : 10.1684/mtp.2018.0673

Les ménorragies et les dysménorrhées sont un motif fréquent de consultation des adolescentes. Les deux sont essentiellement fonctionnelles (> 80-90 % des cas). Les dysménorrhées sont le plus souvent primaires. Cependant, en cas d’échec des traitements de première intention et/ou de douleurs associées, une pathologie organique en particulier une endométriose doit être recherchée. De même, les ménorragies peuvent révéler une pathologie de l’hémostase acquise ou constitutionnelle ou encore plus rarement une pathologie organique qu’il convient d’éliminer. Le bilan d’hémostase est d’indication large chez les adolescentes. Dans les deux cas, la prise en charge sera guidée par l’étiologie et par la sévérité des symptômes.