John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Rôle des facteurs d’initiation de la traduction 4E dans la résistance des plantes aux potyvirus : de la découverte des résistances naturelles à l’édition des gènes Volume 27, numéro 4, Juillet-Août 2023

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

  • Figure 4

  • Figure 5

Tableaux

Auteurs
1 Inrae, GAFL, Montfavet, France
2 UMR 1332, Biologie du fruit et pathologie, Inrae, Univ. Bordeaux, Équipe de Virologie, 71 avenue Edouard-Bourlaux, CS 20032, 33882 Villenave d’Ornon cedex, France
* Correspondance : Jean-Luc Gallois

La résistance aux virus est une composante importante de l’amélioration des plantes. La sélection de résistances génétiques aux virus par perte de sensibilité a été sélectionnée chez de nombreuses cultures. Parmi ces résistances, les facteurs d’initiation de la traduction 4E (eIF4E) ont une
place prépondérante.
Ici, nous retraçons les travaux sur le rôle de ces facteurs dans la résistance, principalement vis-à-vis du genre majeur des Potyvirus, depuis leur
caractérisation il y a 20 ans. En empruntant à des modèles végétaux différents, piment, tomate, tabac et arabidopsis, nous présentons les
principales caractéristiques de ces résistances. L’apport de diverses approches biotechnologiques visant à étendre ces résistances à des espèces qui en sont naturellement dépourvues a révélé leur complexité, liée à la redondance génique, leur spécificité, et le compromis existant entre résistance et
développement de la plante.
Finalement, nous montrons comment les nouvelles techniques d’édition du génome permettent de développer des résistances génétiques liées aux facteurs eIF4E en créant des allèles qui imitent les allèles fonctionnels sélectionnés au cours de l’évolution chez de nombreuses plantes à intérêt agronomique, et nous discutons de l’intérêt de ces approches en amélioration des plantes.